BELGA/WAEM

Dirk Van Duppen, figure de proue de Médecine pour le Peuple, est décédé

Le Docteur Dirk Van Duppen est décédé, à Deurne dans la nuit de lundi, à l’âge de 63 ans, des suites d'un cancer du pancréas. Il aura été durant des années la figure de proue de Médecine pour le Peuple du parti d’extrême gauche PVDA. Avec son "modèle kiwi", il s’était opposé à la puissante industrie pharmaceutique et avait contribué à la baisse du prix des médicaments. A la toute fin de sa vie, il avait encore écrit un livre, “Zo verliep de tijd die me toegemeten was” (C'est ainsi que le temps qui m'était imparti s'est écoulé).

Il était beaucoup apparu dans les médias ces derniers mois. Il avait donné des conférences, avait même encore donné cours à de jeunes médecins généralistes. C'était sa façon à lui de donner un sens au peu de temps qu’il lui restait à vivre, avait-t-il confié. Comme s'il avait été le témoin de ses propres funérailles et avait entendu parler de son propre héritage intellectuel.

"C'est terrible d'avoir sa fin de vie en point de mire", a-t-il déclaré récemment lors d’un long entretien accordé à la VRT. "Mais en même temps, il se passe quelque chose de merveilleux. C'est la solidarité. Nous avons reçu des centaines, voire des milliers de réactions de personnes que nous ne connaissons pas, ou que nous connaissons, mais que nous n'avions pas vues depuis des années. Elles me disent que j'ai été une source d'inspiration pour elles, et c'est gratifiant".

Avec Thomas Blommaert, Dirk Van Duppen a également écrit un livre sur sa vie : "C'est ainsi que le temps qui m'était imparti s'est écoulé". Il y raconte comment il a été attiré par le marxisme dès son plus jeune âge et comment, en tant que médecin, il est allé travailler dans une usine. Plus tard, il ouvrira un cabinet de médecine destiné aux habitants de Deurne, et il sera également membre fondateur de l'organisation internationale Dokters van de Wereld. 

Son premier livre date de 1986. C’est le journal de bord qu’il a rédigé avec son épouse Lieve Seuntjens - elle aussi médecin pour le Peuple - pour relater une année passée ensemble dans les camps de réfugiés palestiniens de Sabra et Chatila, au Liban. En pleine guerre, il aura appris que "l’homme n’est pas un loup pour l’homme. Au contraire, c'était un pour tous, et tous pour un".

Modèle Kiwi

Le point culminant de son engagement social, selon Van Duppen lui-même, aura été sa lutte contre les grandes entreprises pharmaceutiques et pour tenter d’imposer le modèle kiwi en Belgique.

Pour cela, il s'est inspiré de la Nouvelle-Zélande, où existe un système de remboursement des médicaments basé sur les appels d'offres publics des fabricants de médicaments. Seul le moins cher - qui satisfait en même temps aux exigences de qualité - est remboursé. Dirk Van Duppen l'a mis à l’agenda politique en 2004 en Belgique avec son livre "La guerre du cholestérol".

À terme, il parviendra à l'adoption partielle du modèle kiwi en Belgique, avec des appels d'offres pour un nombre limité de médicaments "générique" et sans brevet.

Dirk Van Duppen aura aussi été à l’origine de la lutte contre les particules fines à Anvers. C’est lui qui a porté à bout de bras les actions qui ont abouti à l’annulation du projet de construction du viaduc du Lange Wapper.

Un homme profondément humain

Ces dernières semaines, Dirk Van Duppen aura touché de nombreuses personnes - au-delà de leurs convictions idéologiques - en raison de la paix et de la sérénité avec lesquelles il a affronté la fin de sa vie.

"Je suis un homme heureux", avait-t-il confié. "J'ai eu une vie fascinante. Je ne me souviens pas m'être jamais ennuyé. Vous pouvez vous engager, être solidaire, peut-être faire quelques sacrifices - entre guillemets - mais cela rend la vie intéressante. On ne sacrifie rien en donnant de l’amour, au contraire, en donnant de l'amour, on en reçoit encore plus en retour".

Les plus consultés