Avalon.red. All rights reserved.

Mesures de confinement: la police va renforcer ses contrôles à la Côte durant les vacances de Pâques

Alors que du beau temps s’annonce, le gouverneur de Flandre occidentale, Carl Decaluwé, a une nouvelle fois appelé la population à ne pas se rendre à la Côte ce week-end et durant les vacances de Pâques. Dans un entretien accordé à la VRT, il avertit que les contrôles de police vont être renforcés durant cette période. Les contrevenants s’exposent à une amende de 250 euros. 

Le virologue Marc Van Ranst était le premier à lancer l’appel via Twitter. "Chers amis ,vous aviez acheté massivement des masques en pharmacie. Nos infirmiers et médecins ont maintenant sérieusement besoin de ces masques. Pouvez-vous s’il vous plaît donner vos boîtes à l’accueil de l’hôpital le plus proche ? De cette manière, vous aidez réellement vos travailleurs de la santé !", ecrit-il sur le réseau social. 

Marc Van Ranst a été rapidement suivi par l’expert interfédéral, Emmanuel André, qui a également appelé les citoyens à donner leurs masques aux hôpitaux et aux médecins. 

Les ambulanciers, aussi, appellent à l’aide : "Si l’épidémie se propage davantage, il est primordial que les soins de première ligne et l’aide d’urgence soient garanties", souligne le centre d’ambulances d’Anvers. 

Le gouverneur s’adresse aussi bien aux touristes qu’aux personnes disposant d’une seconde résidence à la Côte. "C’est évidemment dommage, car du beau temps pendant le congé pascal équivaut à des centaines de milliers de touristes à la Côte. Mais ce ne sera pas pour cette année", explique Carl Decaluwé. 

D’après ce dernier, les gens sont créatifs quand il s’agit d’inventer des excuses pour expliquer leur présence. "Certains racontent que leur chien est malade et qu’il a besoin d’iode, d’autres disent que leur chauffe-eau est cassé, et qu’ils vont donc prendre une douche dans leur appartement à la mer", détaille le gouverneur. 

La police mènera des contrôles routiers, mais aussi dans les supermarchés et dans les gares. "Nous pourrions également contrôler les appartements", précise le gouverneur. En cas d'infraction, les contrevenants s'exposent à une amende de 250 euros, et seront renvoyés chez eux. 

Les plus consultés