Chargement lecteur vidéo ...

BNP Paribas Fortis retire son dividende 2019

La banque belge BNP Paribas Fortis a annoncé jeudi qu'elle renonçait à son intention de distribuer un dividende de 3,53 euros par action pour l'année 2019. La situation sera réévaluée en octobre, indique la filiale belge de la banque française.
BNP Paribas a ensuite, comme sa filiale belge BNPP Fortis, décidé de ne pas distribué de dividende comme recommandé par la BCE dans le cadre de la crise liée à la pandémie de Covid-19. Pour l'Etat belge, qui est actionnaire à hauteur de 7,7%, cela représente un manque à gagner de 291 millions d'euros. L'Etat belge est actionnaire de la banque française depuis le sauvetage de Fortis.

La banque comptait proposer à l'assemblée générale des actionnaires, prévue le 23 avril, la distribution d'un dividende de 3,53 euros par action pour l'année 2019. Le conseil d'administration va désormais proposer de réévaluer la situation dans quelques mois. Le dividende aurait dû permettre à la banque française BNP Paribas, la maison mère de BNPP Fortis, de percevoir 1,9 milliard d'euros de dividende.

Un tel scénario soulevait question à l'heure où les banques étaient invitées à ne pas distribuer de dividende et à soutenir l'économie locale, en raison de la crise. Le conseil d'administration s'est montré "unanime" dans sa décision. "BNP Paribas Fortis dispose d'une structure financière solide et est déterminée à soutenir l'économie belge", a indiqué le CEO de BNP Paribas Fortis, Max Jadot.

Plus tôt, Belfius Banque avait annoncé, dans le contexte de crise sanitaire liée au coronavirus, qu'elle ne verserait pas le dividende ordinaire supplémentaire de 161 millions d'euros, proposé en février. Le ministre des Finances Alexander De Croo est satisfait des décisions prises par les deux banques. "Le coronavirus cause un choc économique sans précédent. Il est crucial que les établissements de crédit puissent pleinement endosser leur rôle dans le financement des familles, des indépendants et des entreprises. Il est dès lors essentiel que les banques soient suffisamment capitalisées".