Covid-19 : 503 nouvelles admissions à l’hôpital pour un total de 5.678 hospitalisations

La Belgique compte au total 5.678 patients hospitalisés en raison d'une infection au nouveau coronavirus, ont indiqué samedi le Centre de crise et le SPF Santé publique lors de leur point presse quotidien. Parmi ces patients, 1.245 se trouvent aux soins intensifs, 56% des lits en soins intensifs sont dès lors occupés, a précisé Emmanuel André, porte-parole interfédéral Covid-19.

Au cours des dernières 24 heures, 503 personnes ont été admises à l’hôpital et 375 patients ont pu quitter l’établissement hospitalier. Ce qui donne un total de 5.678 personnes hospitalisées, dont 1.245 aux soins intensifs, ce qui donne un taux d’occupation des lits de soins intensifs à 56%. 975 personnes bénéficient d’une assistance respiratoire.

Si le nombre de personnes hospitalisées reste élevé, la situation reste néanmoins sous contrôle dans les hôpitaux, a ajouté Emmanuel André, lors du point presse quotidien.

Au cours des dernières 24 heures, 140 décès ont été rapportés, 47 en Flandre, 56 en Wallonie, et 37 à Bruxelles. Ce qui donne un total de décès liés à cette pandémie à 1.283 en Belgique.

"La situation dans les hôpitaux est très difficile mais elle reste gérable"

Le porte-parole interfédéral Covid-19 a souligné que le meilleur indicateur de l'évolution de l'épidémie restait le nombre d'hospitalisations, qui reflète, avec un certain délai, les efforts fournis par la population pour tenter d'endiguer la propagation du nouveau coronavirus.

"Nous nous dirigeons vers une maîtrise de l'épidémie. Le nombre de nouvelles admissions n'augmente plus autant qu'avant, même s'il reste élevé", a expliqué Emmanuel André. Quant aux décès, si leur nombre élevé reflète aussi "l'intensité et la gravité de l'épidémie", cet indicateur est "plus tardif" car certaines morts sont notifiées avec plusieurs jours de retard. "Nous nous attendons à ce que la surmortalité augmente encore ces prochains jours", a-t-il relevé.

Tant les porte-paroles interfédéraux que le Centre de crise ont appelé à ne pas relâcher les efforts, alors qu'ils portent leurs fruits. Emmanuel André a en outre balayé d'un revers de la main la possibilité de désinfecter les rues, comme en France ou en Chine. "Ce n'est pas utile car les vecteurs du virus ne sont pas les arbres ou l'asphalte, ce sont les personnes. Le virus peut se déposer dans l'environnement mais de manière temporaire. Il va mourir dans les heures ou les jours qui suivent", a expliqué le virologue. L'important est dès lors de diminuer le nombre de vecteurs, soit de personnes contaminées.

Emmanuel André a également appelé les personnes guéries à respecter les mesures de confinement. "Une fois guéries, ces personnes ont développé les anticorps nécessaires mais elles doivent respecter toutes les règles du confinement car elles peuvent encore être vectrices du virus", a-t-il souligné.

Le porte-parole du Centre de crise, Benoit Ramacker, a remercié la population qui se tient confinée, permettant de ralentir la propagation du virus. "La situation dans les hôpitaux est très difficile mais elle reste gérable", a-t-il pointé. "Ensemble, tenons bon, agissons contre le corona", a-t-il conclu.

Les plus consultés