Des règles plus strictes pour les mariages et les funérailles

Le gouvernement a apporté un certain nombre de modifications et de précisions quant aux mesures strictes contre la propagation du coronavirus. Les funérailles sont une exception à l'interdiction de se réunir. 

Un maximum de 15 personnes peuvent désormais se rendre à des funérailles, ressort-il d'un arrêté ministériel publié au Moniteur belge vendredi. Ces cérémonies doivent tenir compte d'une distance de 1,5 mètre entre les personnes et sans exposition du corps du défunt. Ces mesures ont été prises en raison de la pandémie de coronavirus et des règles de confinement destinées à limiter la propagation du virus.

Les mariages civils et religieux peuvent également avoir lieu, mais uniquement en présence des époux, de leurs témoins et de l'officier d'état civil ou du culte. Les parents des mariés ne peuvent donc pas être présents.

Le gouvernement a aussi décidé d’un durcissement en ce qui concerne les écoles, ainsi les voyages scolaires de plusieurs jours sont interdits au moins jusqu'à la fin de l'année scolaire.

Les autres rassemblements restent interdits, à l'exception des promenades à pied ou à vélo avec les membres de sa famille vivant sous le même toit, ou avec une autre personne à condition de respecter une distance de 1,5 mètre.

D’autres changements vont plutôt dans le sens d’un allègement des mesures ainsi les boulangers sont à nouveau autorisés à ouvrir leurs portes avant sept heures du matin.

La règle jusqu'à présent était que tous les magasins d'alimentation ne pouvaient ouvrir qu'entre sept heures du matin et dix heures du soir, ce qui est bien sûr beaucoup plus tard que d'habitude pour les boulangers, cette restriction est maintenant levée. D'autres magasins d'alimentation peuvent rester ouverts selon les jours et les heures habituels, mais les magasins de nuit doivent toujours fermer à dix heures du soir.

Autre nouveauté : les boutiques de télécommunications peuvent rouvrir, uniquement en cas d'urgence et avec un client à la fois.
 

La liste adaptée des secteurs cruciaux et des services essentiels publiée au Moniteur

Le Moniteur a publié vendredi la liste "affinée" des secteurs cruciaux et des services essentiels qui doivent continuer à fonctionner en pleine crise du coronavirus.

Les entreprises de ces secteurs et les services concernés ne sont pas soumis strictement aux mesures comme le télétravail et la distanciation sociale décrétées par le gouvernement fédéral.

Les partenaires sociaux, réunis au sein du Groupe des 10, s'étaient accordés la semaine dernière sur cette "liste affinée", qui avait été envoyée au gouvernement quelques heures avant le début d'une nouvelle réunion du Conseil national de sécurité. Cette liste a été coulée dans un arrêté royal publié ce vendredi.

Elle comprend ainsi notamment les magasins spécialisés dans les produits de base pour bébés, qui ont été ajoutés à la liste des commerces essentiels et peuvent donc rouvrir leurs portes à certaines conditions.

Sont notamment concernés des "commerces, entreprises et services privés et publics qui sont nécessaires à la protection des besoins vitaux de la Nation et des besoins de la population - appartenant aux secteurs exécutif, législatif et judiciaire, de la santé, alimentaire, de l'accueil, scolaire, de la sécurité, des transports, des médias, énergétique et les services de collecte et de traitement des déchets.

Les ports et les industries chimiques ont notamment été ajoutés à la liste.
Les entreprises "non essentielles" doivent pratiquer le télétravail, la distanciation sociale - un mètre et demi de distance entre les travailleurs - si le télétravail n'est pas possible, ou doivent fermer le cas échéant.

La Fédération des Entreprises de Belgique (FEB) note pour sa part qu'ont été ajoutées à la liste des secteurs cruciaux les productions de vêtements médicaux, de textiles médicaux et de matériel médical. Mais aussi l'impression de notices et d'emballages de médicaments, la production de pâte à papier comme matière première pour le papier toilette, les mouchoirs en papier et les journaux, de même que l'entretien et les réparations d'installations ou de machines essentielles.