James Arthur Photography

Une trentaine de passagers qui devaient être rapatriés vers la Belgique bloqués au Burundi

En pleine crise du coronavirus, une trentaine de passagers qui devaient être rapatriés ce dimanche vers la Belgique à bord d'un vol affrété par la Défense n'ont pas pu embarquer à Bujumbura, la capitale du Burundi. C’est ce qu’a indiqué le ministère des Affaires étrangères, confirmant une information donnée par nos confrères de la RTBF. Il s'agit de binationaux, dont une vingtaine sont Belgo-Burundais.

"C'est une décision unilatérale des autorités burundaises sur leurs ressortissants", a déploré Arnaud Gaspart, porte-parole du ministre Philippe Goffin (photo principale, au centre) aux Affaires étrangères. "Le fait que cette décision ait été prise à la dernière minute complique la situation." Les voyageurs étaient en effet censés décoller samedi soir pour atterrir dimanche matin en Belgique.

"Des contacts ont été pris au plus haut niveau mais n'ont pas encore permis d'infléchir la position des autorités burundaises. Nous suivons évidemment la situation de ces passagers de près", a souligné Arnaud Gaspart. Outre les Belgo-Burundais, la dizaine d'autres passagers bloqués sont des binationaux européens ou canadiens, notamment.

Les opérations de rapatriement de Belges bloqués à l'étranger se poursuivent, avec récemment des vols "en provenance d'Alger ou du Congo, notamment", a ajouté le porte-parole Arnaud Gaspart. "Au total, plus de 700 Belges sont rentrés dernièrement, en faisant appel entre autres au mécanisme européen pour des vols affrétés par des pays membres de l'Union."

Actuellement, un peu moins de 20.000 Belges sont encore inscrits sur la plateforme travellersonline.diplomatie.be. Ce chiffre reste toutefois indicatif puisque certains Belges à l'étranger n'y ont pas eu recours ou se sont plutôt tournés vers les postes diplomatiques belges sur place, souligne le porte-parole des Affaires Etrangères.