Getty Images

Trois millions de masques livrés la semaine dernière sont non conformes

La semaine dernière, la Belgique pensait disposer de trois millions de masques FFP2 supplémentaires (photo archives). Un problème a toutefois été détecté après la livraison, le 2 avril à l’aéroport de Bierset. Un contrôle visuel et ensuite un contrôle en laboratoire ont démontré que la qualité requise pour ce type de masque à pièce faciale filtrante n'était pas assurée. C’est ce qu’a indiqué le ministre en charge du matériel médical, Philippe De Backer, ce jeudi à la Chambre.

"C'est un coup dur, ce sont des masques qui doivent apporter une meilleure protection sur le terrain", a souligné le ministre Philippe De Backer, chargé de gérer l’approvisionnement en matériel de protection en cette période de lutte contre le coronavirus. Un procès-verbal a été dressé, afin de suivre l’affaire.

Le service public fédéral Economie a confirmé que le fournisseur de ces masques n’avait pas pu produire des certificats de qualité du matériel livré à Bierset. Après un test effectué dans un laboratoire belge, ils ont été jugés de qualité insuffisante.

Mode d’emploi erroné pour les kits de test

Autre coup dur pour le ministre De Backer, qui dirige aussi la taskforce qui doit veiller à augmenter la capacité de la Belgique à tester le personnel soignant et la population : les kits de test qui ont été envoyés dans une partie des maisons de repos et soins pour vérifier si des résidents ou des membres du personnel sont atteints du coronavirus, ne contiennent pas les modes d’emploi correspondant aux bâtonnets qui doivent servir à effectuer ces tests via le nez et la gorge.

L’Agence flamande des soins et de la santé a confirmé les constatations de la VRT à ce sujet. Elle a pris l’initiative d’envoyer aux maisons de repos flamandes le mode d’emploi adéquat. Certaines d’entre elles avaient arrêté d’effectuer les tests par manque de mode d’emploi correct.

Le ministre De Backer a promis de livrer 20.000 kits de test aux maisons de repos et soins, dont 11.000 kits pour les maisons flamandes. "Nous avons signalé le problème au groupe fédéral des tests", expliquait le porte-parole de l’Agence flamande des soins et de la santé, Joris Moonen. "Il pourra ainsi envoyer le mode d’emploi adéquat aux maisons de repos bruxelloises et wallonnes".

Les résidents qui ont besoin d'oxygène resteront à l'hôpital

Les résidents de maisons de repos qui sont hospitalisés et qui ont encore besoin d'un apport d'oxygène pour respirer resteront à l'hôpital tant que cette assistance est nécessaire, a indiqué la ministre de la Santé, Maggie De Block, ce jeudi en séance plénière de la Chambre.

Plusieurs députés se sont inquiétés de la situation alarmante dans les maisons de repos, souvent livrées à elles-mêmes pour gérer la pandémie et parfois devenues des foyers de contamination. Ne pas y renvoyer les malades qui ont besoin d'oxygène soulagera ces institutions, estime Maggie De Block.

La ministre a par ailleurs démenti les informations selon lesquelles des hôpitaux seraient allés chercher dans des maisons de repos des capacités en oxygène. Le matériel utilisé dans ces deux types d'établissements n'est pas le même, a souligné Maggie De Block.

Les plus consultés