Erika Vlieghe : "J’ai plaidé il y a 2 mois pour des équipes mobiles de test dans les maisons de repos"

Le professeur Vlieghe, cheffe du Service des maladies infectieuses de l'Hôpital universitaire d'Anvers et présidente du groupe d’experts qui doit préparer le déconfinement en Belgique, indiquait ce vendredi matin dans l’émission "De ochtend" de la VRT avoir plaidé il y a deux mois déjà par la mise en place d’équipes médicales mobiles qui iraient tester les résidents et le personnel dans les maisons de repos et soins. Elle réagissait ainsi aux problèmes rencontrés ces dernières semaines dans ces maisons, qui n’ont reçu qu’au compte-gouttes les kits de tests réclamés, et partiellement accompagnés d’un mode d’emploi erroné.

La VRT apprenait jeudi que les kits de test qui ont été envoyés dans une partie des maisons de repos et soins pour vérifier si des résidents ou des membres du personnel sont atteints du coronavirus, ne contenaient pas les modes d’emploi correspondant aux bâtonnets qui doivent servir à effectuer ces tests via le nez et la gorge.

L’Agence flamande des soins et de la santé avait confirmé les constatations de la VRT et indiqué avoir pris l’initiative d’envoyer aux maisons de repos flamandes le mode d’emploi adéquat. Certaines d’entre elles avaient arrêté d’effectuer les tests par manque de mode d’emploi correct. Dans de nombreux cas, les tests ont d’ailleurs été effectués de façon incorrecte à cause de cette erreur de manuel, occasionnant partiellement un inconfort accru ou des douleurs dans le nez et la gorge des personnes testées.

"Si l’on n’est pas certain que les tests ont bien été réalisés, il vaut mieux les refaire", estime le professeur Vlieghe, qui n’était pas impliquée dans leur distribution. "Si l’on veut avoir des résultats corrects, il faut effectuer les tests dans des conditions optimales". Elle qualifie la livraison de manuels erronés d’ »exemple de mauvaise communication". "Ce n’est pas le moment d’avoir pareil incident. C’est frustrant pour tout le monde, surtout dans les maisons de repos et de soins. Nous devons en tirer des leçons".

"Plus de personnel et d'expertise dans les maisons de repos"

Erika Vlieghe indiquait aussi avoir déjà plaidé il y a deux mois pour que des équipes médicales mobiles aillent effectuer les tests dans les maisons de repos. "En raison d’un concours de circonstances, cela ne s’est pas fait”.

"Il aurait aussi été mieux d’effectuer un projet pilote de tests dans une ou deux maisons de repos et soins, pour accroitre ensuite le nombre de maisons visitées. Mais la situation est maintenant devenue pressante, et tout le monde veut évidemment effectuer les tests au plus vite", constatait le professeur Vlieghe.

"Les maisons de repos ne possèdent pas la routine pour effectuer ces tests. Il serait de toute façon bon d’investir dans davantage de personnel et d’expertise dans les maisons de repos et de soins", concluait Erika Vlieghe.

Maxime Anciaux - All rights reserved