Nicolas Maeterlinck

Le déficit budgétaire flamand risque d’être 10 fois supérieur à ce qui avait été escompté

Le gouvernement flamand entame ce vendredi un contrôle budgétaire qui s’annonce très difficile, en pleine crise du coronavirus. L'équilibre budgétaire, que l'exécutif flamand visait pour 2021, pourrait bien être repoussé à plus tard, indiquaient jeudi plusieurs cabinets. La crise sanitaire risque de faire un trou d’au moins 4 milliards d’euros dans le budget 2020, ce qui décuplerait le déficit calculé à l’origine pour cette année.

La crise du coronavirus et ses conséquences économiques bouleversent en effet les chiffres sur lesquels la coalition s'appuyait au moment de l'accord de gouvernement, il y a quelques mois. L'objectif du gouvernement flamand était de limiter le déficit budgétaire à 436 millions d’euros en 2020 pour parvenir à l'équilibre l'année suivante.

La Banque nationale de Belgique et le Bureau fédéral du Plan ont cependant déjà estimé cette semaine que le coronavirus aurait un lourd impact sur le produit intérieur brut (PIB), avec peut-être un recul de 8%. Du côté des Régions, cela représentera aussi un manque à gagner sur le plan fiscal. Le gouvernement flamand escompte 1 milliard d’euros de revenus fiscaux en moins.

Parallèlement, les dépenses risquent bien de s'envoler, et rien que les mesures déjà décidées par la Flandre devraient lui coûter 2,5 milliards d'euros, a indiqué le ministre-président Jan Jambon mercredi soir. Le déficit budgétaire de la Flandre risque donc d’être 10 fois supérieur à ce qui avait été escompté.

Ce vendredi, le ministre flamand du Budget Matthias Diependaele (N-VA) estimait que le déficit pouvait même croitre encore davantage, en raison d’un ralentissement accru de l’économie. "Nous avions fait notre exercice budgétaire autour d’une croissance économique de -1%, mais mercredi la Banque nationale et le Bureau fédéral du Plan nous ont indiqué que cette croissance pourrait aller jusqu’à -8%. Si c’était le cas, cela représenterait encore un milliard de revenus en moins", indiquait Matthias Diependaele (photo principale).

Dès le début de la crise du coronavirus, le gouvernement avait annoncé qu'il y aurait un ajustement budgétaire supplémentaire opéré en septembre.

Les plus consultés