AFP or licensors

Les lieux de culte ouverts ce week-end pascal, mais les règles de distanciation restent d’application

Les festivités religieuses qui s'annoncent dans les prochains jours et les prochaines semaines devront être adaptées au contexte de la pandémie de Covid-19. Les lieux de culte ne pourront pas accueillir de célébrations rassemblant beaucoup de monde, mais restent toutefois ouverts. Il est donc possible de s'y rendre, à condition de respecter les règles de distanciation physique, a souligné vendredi Benoît Ramacker, porte-parole du Centre de crise national.

"Ces événements ne vont pas pouvoir se dérouler de la même façon que d'habitude", a souligné Benoit Ramacker (photo, à dr.), le porte-parole du Centre de crise national ce vendredi midi lors du point presse quotidien sur l'état de la pandémie en Belgique. "Nous invitons chacun à avoir la compréhension nécessaire pour respecter les mesures (de confinement), même durant cette période particulière."

Catholiques et protestants célèbrent ce week-end Pâques, leur fête la plus importante. La communauté juive célèbre aussi depuis mercredi la Pessah, la Pâque juive. Viendra ensuite la période du ramadan pour les musulmans, à partir du 24 avril. Les autorités sanitaires ont rappelé que les lieux de culte restaient ouverts et qu'il était possible de s'y rendre, à condition de respecter les règles de distanciation sociale, à savoir garder au moins 1,5 mètre de distance entre chaque personne.

Les responsables des lieux de culte doivent veiller à ce que ces mesures soient respectées. Les services religieux, à l'exception des enterrements et des mariages, sont interdits. "De nombreuses communautés ont prévu des services alternatifs, via la radio, la télévision ou internet. Merci à elles et bravo pour cette créativité", a déclaré Benoît Ramacker.

Pas de chasse aux œufs, sauf dans son propre jardin

"Les fêtes religieuses peuvent être organisées au domicile avec les personnes qui vivent sous le même toit. Tous les autres rassemblements publics ou privés ne sont pas autorisés. Ce n'est pas le moment d'aller voir sa famille ou un ami qui ne vit pas sous le même toit", ni de ramasser des œufs en chocolat dans le jardin des grands-parents, a mis en garde le porte-parole.

Benoît Ramacker s'est également adressé aux magasins d'alimentation, leur demandant de respecter et de faire respecter la distance physique dans leurs commerces, et à éventuellement s'organiser en conséquence. "Nous invitons chaque commerçant à anticiper le plus possible les périodes de 'pic' afin d'éviter les rassemblements devant les magasins, par exemple en organisant un retrait" de la marchandise.