Quels mots néerlandais à l'honneur pendant la crise du coronavirus survivront sans doute à la pandémie?

Les journalistes politiques Ivan De Vadder (VRT) et Alain Gerlache (RTBF) proposent chaque semaine un podcast intitulé PLAN B, dans lequel ils évoquent les différences et les similitudes entre le paysage politique en Flandre et celui en Belgique francophone. Une semaine en français, quand ils partent d’une situation en Flandre, et la semaine suivante en néerlandais, quand c’est un aspect en Belgique francophone qui leur sert de point de départ.
Cette fois, Alain Gerlache interroge Ivan De Vadder (en français) sur certains mots et expressions qui sont utilisés ou ont été créés en Flandre pendant la crise sanitaire que nous vivons. Quelle est leur origine ? Survivront-ils à la crise ?

Une crise sanitaire profonde telle que le monde la vit actuellement sous l’influence du Covid-19 laisse des traces jusque dans la langue et le vocabulaire. Quels sont les mots et expressions qui ont fait leur (ré)apparition dans ce contexte en Flandre, les mots qui sont utilisés plus fréquemment ? Y a-t-il des néologismes, qui sont le miroir d’une société ?

Ivan De Vadder a retenu certaines expressions telles que 'gepokt en gemazeld', 'blijf in uw kot', en les mots 'hamsteren', 'hoestschaamte et elleboogniezen', 'zelfisolatie', 'hinderpremie', 'skyperitief' ou encore 'huidhonger'.

Vous voulez savoir ce qu’ils signifient en français ? Ecoutez les explications d’Ivan De Vadder.