A Gand, les sans-abri reçoivent un document attestant qu’ils n’ont pas de logement où se confiner

La ville de Gand (Flandre orientale) remettra aux personnes sans-abri un document qui leur permet de prouver qu’ils n’ont pas de domicile fixe, notamment lorsqu’ils sont contrôlés par la police en ces temps d’obligation de confinement. La ville veut ainsi éviter que les sans-abri reçoivent encore des amendes parce qu’ils restent assis ou couchés au même endroit, plus longtemps que ce qui est permis à l’heure actuelle pour endiguer l’épidémie de coronavirus.

Sans domicile où se retirer, les sans-abri restent parfois assis pendant des heures sur un banc, dont ils sont souvent chassés par la police qui patrouille pour vérifier le bon respect des règles du confinement général. Il ne leur est pas toujours possible non plus de se réfugier dans un centre d’accueil, et marcher pendant toute journée - puisque les sorties à l’air libre doivent actuellement se faire un mouvement constant - n’est pas non plus une option pour ces citoyens fragilisés.

L’administration communale de Gand a donc décidé de remettre aux sans-abri un document qu’ils peuvent montrer à la police quand ils sont contrôlés. Il s’agit d’une lettre standard, sur laquelle se trouve leur nom, qui explique leur situation.

"Nos agents de police s’adressent actuellement constamment aux personnes qui prennent place sur un banc, en leur demandant de s’en aller ou de continuer à marcher", explique l’échevin à la Politique sociale, Rudy Coddens (SP.A).

"Pour les sans-abri, ce n’est pas une situation facile. D’où l’idée de leur remettre ce document. La police se montrera alors compréhensive et leur permettra de rester assis sur un banc. Ils devront cependant, eux aussi, respecter les règles de distanciation sociale", précise l’échevin gantois (photo archives).

Les plus consultés