Les Belgo-Marocains bloqués au Maroc vont pouvoir rentrer en Belgique

Les autorités marocaines ont accepté de déroger à la règle du non-déplacement des binationaux afin de permettre à des Belgo-Marocains de regagner - sous conditions - la Belgique alors qu'ils sont bloqués dans leur pays d'origine à la suite de la pandémie du coronavirus, a indiqué lundi le ministre des Affaires étrangères, Philippe Goffin (MR).

"Je confirme que la Belgique pourra poursuivre l'aide au retour de Belges en séjour temporaire au Maroc. Une communication en ce sens est faite depuis hier (dimanche, ndlr) via l'ambassade de Belgique au Maroc. Ce dimanche à 16h00, nous avons déjà reçus 1.500 demandes de retour. Nous étudierons chacune d'entre elles sur des critères objectifs prédéfinis avec les autorités marocaines", a-t-il affirmé dans un communiqué.

Philippe Goffin a remercié les autorités marocaines "qui ont accepté de déroger à la règle du non déplacement des binationaux, ceci pour des raisons humanitaires et sociales précises et pour ceux qui sont en séjour temporaire de courte durée au Maroc et domiciliés en Belgique".

"Les raisons humanitaires couvrent les raisons médicales impérieuses (risque grave pour la santé) couvertes par un certificat médical marocain ou belge. Les raisons sociales sérieuses sont (...) la séparation de la famille (parents et enfants, surtout si mineurs) du fait des événements (par exemple les enfants ou les parents en visite chez d'autres membres de la famille au Maroc et empêchés de rentrer par la pandémie) et le risque de perte d'emploi ou de faillite de l'entreprise du fait d'une absence prolongée", a précisé le chef de la diplomatie belge.

Selon lui, ces raisons doivent être "justifiées" et "documentées" (par une attestation employeur, un certificat médical, ...).

"En fonction des demandes, et en parfaite coordination avec les autorités marocaines, nous établirons des listes pour les personnes qui pourront bénéficier de cette aide au retour en participant aux frais, comme ce fut chaque fois le cas" pour les rapatriements d'autres pays organisés par le gouvernement fédéral.

"Toute personne qui sera dans les conditions d'aide au retour pourra rentrer", assuré le ministre des Affaires étrangères et de la Défense.

Il a réaffirmé que "contrairement à des affirmations mensongères, notre gouvernement n'a jamais fait de différence entre ses nationaux", soulignant que la bi-nationalité "est un fait de droit qui s'impose à nos deux Etats et donc à toutes et tous".

Philippe Goffin s'est enfin réjoui que ce dossier puisse aboutir prochainement pour les familles qui étaient inquiètes pour un parent malade ou en situation sociale sérieuse.

Le ministre avait indiqué la semaine dernière lors d'une réunion virtuelle de la commission des relations extérieures de la Chambre que seuls deux pays - le Maroc et le Burundi - refusaient le rapatriement de personnes disposant d'une double nationalité qui souhaitaient rentrer en Belgique à la suite de la pandémie de Covid-19.