BELGA

Le ministre flamand de l’Enseignement Ben Weyts veut établir une date de réouverture des écoles

Le ministre flamand de l'Enseignement Ben Weyts (N-VA) veut pouvoir faire connaître une date de réouverture des écoles dès la semaine prochaine. Il entend dans ce cadre se concerter le plus possible avec les autres Communautés à ce sujet, a-t-il indiqué mercredi devant le Parlement flamand.

Ben Weyts désir offrir une sécurité aux écoles, a-t-il défendu mercredi devant le Parlement flamand. 

Une conférence interministérielle devrait permettre d'accorder les violons la semaine prochaine. "Si nous pouvions nous mettre d'accord sur une date, ce serait bien", a-t-il encore indiqué. 

Une réouverture progressive

Pour le ministre flamand de l’Enseignement, les modalités pratiques pourraient très bien varier d'une Communauté à l'autre. 

Selon lui, les écoles ne seront pas toutes appelées à rouvrir le même jour. "Nous avons progressivement fermé les accès. Je pense que nous devrons progressivement les rouvrir. Nous pensons d'abord recommencer avec l'enseignement fondamental. Chez les jeunes enfants, la distanciation sociale est plus difficile à assurer. Les élèves du secondaire peuvent, eux, plus facilement rester seuls chez eux, et suivre des cours en ligne".

Ben Weyts évoque aussi la distance entre le domicile et l'école. "Les écoles secondaires sont souvent plus loin du domicile des élèves que les établissements primaires. Cela veut dire qu'il y aurait donc à nouveau plus de monde dans les transports en commun, ce qu nous voulons éviter", a-t-il fait savoir sur le plateau de la VRT. 

D'après le ministre, l'ouverture des écoles maternelles serait également plus problématique. "Les élèves de primaire comprennent mieux que les plus petits écoliers ce que c'est de respecter la distance sociale", souligne--t-il. 

Proposition flamande au Conseil de sécurité

Le ministre Ben Weyts a fait savoir qu'il fera une proposition au Conseil national de sécurité qui se réunira vendredi prochain. "Nous nous sommes toujours concertés avec le secteur pour avoir une position commune, et c'est ce que nous comptons à nouveau faire", a-t-il précisé. "Nous viendrons ainsi avec une proposition concrète destinée au Conseil de sécurité, et non le contraire", a-t-il conclu.

Les plus consultés