James Arthur Photography

Malgré la mesure du Conseil de Sécurité, la Flandre n’autorisera pas encore les visites en maison de repos

Le gouvernement flamand a confirmé ce jeudi qu'il n'autorisera pas immédiatement les visites en maison de repos ou dans les institutions d’accueil pour mineurs ou personnes handicapées. Cette décision intervient au lendemain d'un Conseil national de sécurité auquel a participé le ministre-président flamand, Jan Jambon (N-VA). L’une des nouvelles mesures prises par le Conseil de sécurité était de donner la possibilité aux résidents de ces centres de recevoir la visite d’une seule et unique personne. 

"Les visites ne sont pas possibles et cela reste ainsi, nous n'adaptons donc pas les règles maintenant, aussi difficile soit la situation pour les personnes qui y résident et pour leurs familles", ont indiqué dans un communiqué les ministres de la Santé Wouter Beke (CD&V) et Jan Jambon (N-VA). 

Un groupe de travail a toutefois été chargé d'ouvrir la concertation avec les secteurs concernés pour déterminer quand les visites seront à nouveau admises et quelles conditions de sécurité y seront liées. "Pour un secteur qui a connu d'aussi lourdes semaines et en connaîtra encore d'autres, il est important de donner des perspectives, tant pour les résidents que pour les travailleurs", indiquent les deux responsables.

Confusion et critiques

La mesure annoncée mercredi soir par la Première ministre Sophie Wilmès avait suscité une vague de critiques au nord du pays. Malgré la présence du ministre-président flamand Jan Jambon lors des discussions du Conseil de sécurité, le ministre flamand de la Santé Wouter Beke a indiqué ce jeudi au micro de la VRT qu’il avait été pris de court. 

"Nous savions qu’un exercice était en cours sur la manière dont nous pouvions améliorer la santé mentale des résidents de ces institutions, mais nous n’étions pas au courant qu’une telle mesure serait soudainement introduite", a-t-il commenté. 

D’après Wouter Beke, toutes les nouvelles décisions concernant le secteur seront désormais uniquement prises en concertation avec le groupe de travail flamand. 

Nouvelle réunion vendredi

Ce jeudi, Sophie Wilmès a annoncé en séance plénière de la Chambre que le comité de concertation va à nouveau se pencher vendredi sur la question de l'autorisation limitée de visites dans les maisons de repos.

Face aux critiques, la Première ministre a rappelé une fois de plus que la "décision prise l'a été d'un commun accord avec toutes les Régions. Ils ont tous marqué leur accord sur cette proposition."