Douglas Sacha

La Flandre prend des mesures suite à une grave pollution de l'Escaut

La Flandre va placer 6 grands aérateurs pour apporter de l’oxygène dans les eaux de l’Escaut et ses affluents et ainsi éviter la morts de milliers de poissons. Suite à la rupture d’une digue d’un bassin de décantation d’une sucrerie dans le Nord de la France, une grave pollution organique touche actuellement l'Escaut.

Le 9 avril dernier, 100 000 m3 d'eaux de lavage d'un bassin de décantation d'une sucrerie se sont échappés suite à la rupture d’une digue à Thun-Saint-Martin en France. Le débit sur l'Escaut est assez faible en raison de la sécheresse, de sorte que la pollution ne se dirige que lentement en direction de la Flandre.

Depuis quelques jours, la Vlaamse Milieumaatschappij surveille la teneur en oxygène dans l'Escaut à l'aide de sondes. Les premiers résultats sont alarmants et indiquent que le cours d’eau a reçu une quantité très importante de matière organique susceptible d’altérer gravement la vie aquatique.

Hier en Wallonie picarde, à la frontière franco-belge, le taux d'oxygène est tombé à 0 mg/L en quelques heures. "L'eau contenant 0 % d'oxygène est parfois appelée "mort biologique", explique Alain Dillen de l'Agence de la nature et forêts.

En 2010, un manque d'oxygène avait tué 10 tonnes de poissons dans l'Escaut supérieur. Dans les marinas près d'Avelgem en Flandre occidentale et d'Audenarde en Flandre orientale, des milliers de poissons flottaient sans vie. La cause n'a jamais été identifiée. Il s'agissait probablement d'une pollution par un affluent de l'Escaut.

Afin d'éviter qu'une telle mortalité piscicole à grande échelle ne se reproduise, d'importants moyens sont actuellement déployés. A Kerkhove comme à Audenarde, de grandes pompes à oxygène ont été placées. Ce sont des aérateurs qui flottent sur l’eau.

On estime que la pollution atteindra la Flandre ce mardi. C'est la raison pour laquelle deux aérateurs supplémentaires seront apportés au barrage de Kerkhove ce matin. Et la Vlaamse Milieumaatschappij a mis en place des aérateurs sur la Zwalm et le Maarkebeek pour stopper la mortalité des poissons dans les affluents de l'Escaut.