Belga

La vitesse sera limitée à 20 km/h à l’intérieur du Pentagone bruxellois

Le collège échevinal de la Ville de Bruxelles a l'intention de faire de l'ensemble du Pentagone central de la capitale, à partir du mois de mai, une zone de rencontre où piétons et cyclistes seront prioritaires en ce compris sur les chaussées où ils pourront circuler. L'objectif de cette mesure assortie d'une limitation de la vitesse à 20km/h est de faciliter la distanciation sociale dès les premières mesures de déconfinement.

Selon le bourgmestre Philippe Close (PS) et l'échevin de la Mobilité Bart Dhondt (Ecolo-Groen), cités par les journaux Le Soir et Bruzz, la mesure doit permettre de faciliter le respect de la distanciation sociale, en particulier dans les zones hyperdenses, où les trottoirs sont très étroits. Le choix de l'appliquer dans tout le cœur de la Ville est motivé par une volonté de clarté.

"La police sera vigilante et, en fonction de l'expérience et des zones à risque, des limiteurs de vitesse tels que des bacs à fleurs ou des blocs en béton pourront être placés" a ajouté le bourgmestre Philippe Close.

Le collège de la Ville de Bruxelles maintiendra en outre le Bois de la Cambre fermé aux voitures jusqu'au début de l'été voire plus tard.

L'opposition MR et CDH dénonce un appel d'air dangereux

"Il s'agit d'un coup médiatique et dangereux. Parler de nouveaux lieux de rencontres au moment du confinement risque de créer un appel d'air. Le centre-ville ne pourra pas devenir un lieu de rassemblement et de promenade de masse comme le Bois de la Cambre l'est devenu suite à la décision unilatérale de fermeture du bourgmestre", a réagi le chef du groupe MR, David Weytsman.

Aux yeux de l'élu libéral, Bruxelles a besoin d'une stratégie de mobilité, concertée entre la Région et les communes, qui anticipe le déconfinement et le retour à la vie active. Il faut tout faire pour éviter que les transports en commun soient bondés. A cet effet, il faudra mieux prendre en compte la mobilité douce sur des axes stratégiques qui convergent vers les bassins d'emploi, à l'échelle de l'ensemble de la Région-capitale. C'est la fluidité des vélos et des voitures qui prime ainsi que le respect des règles de distanciation sociale et non un encouragement des Bruxellois à se rassembler dans le centre, a-t-il dit.

Comme lui, Didier Wauters (CDH) s'est montré dubitatif, s'interrogeant notamment sur le respect de la limite des 20km/h par tous. "Le fait que les piétons puissent marcher sur les voiries tout en maintenant la circulation automobile même ralentie à 20km/h me semble téméraire, voire dangereux... Et que les trams et bus soient aussi limités à 20km me semble assez problématique quand même en termes de mobilité", a commenté le chef de file du CDH.