Chargement lecteur vidéo ...

Les librairies, dont le chiffre d’affaires a baissé de 50%, espèrent pouvoir rouvrir leurs portes

Le secteur du livre a lourdement ressenti au mois de mars les conséquences du confinement général imposé pour contrecarrer la propagation du coronavirus. Grâce à la vente de livres via l’internet et les supermarchés, le chiffre d’affaires de l’ensemble du secteur n’a ainsi baissé "que" de 15%. Mais les libraires accusent, elles, une perte de 50% de leur chiffre d’affaires. L’organisation sectorielle flamande Boerk.be demande donc aux autorités que les librairies et les maisons d’édition puissent rapidement rouvrir leurs portes.

D’après Boek.be, cette réouverture rapide "est essentielle pour éviter que nombre de librairies locales et d’éditeurs ne fassent faillite". L’organisation estime que les librairies peuvent parfaitement accueillir des clients "dans le respect des mesures d’hygiène".

Vé Bobelyn, qui préside aussi le Groupe général des éditeurs (GAU), indique que des autocollants peuvent servir à assurer la distanciation sociale, du gel désinfectant et éventuellement des gants peuvent être présentés aux clients s’ils veulent consulter un livre. Elle souligne qu’en Allemagne, Italie et aux Pays-Bas, les librairies sont restées ouvertes ou commencent à rouvrir leurs portes.

En Belgique, les librairies sont fermées depuis mi-mars. Certaines tentent encore d’atteindre leurs clients via des ventes en ligne ou des livraisons à domicile, mais leur chiffre d’affaires global a chuté de 50% en mars. "Le secteur met maintenant tous ses espoirs dans la Foire internationale du livre de Francfort (Allemagne) et la Boekenbeurs à Anvers, qui devraient avoir lieu à l’automne 2020", indique Boek.be.

Les plus consultés