"Tous les patients présentant des symptômes grippaux seront testés au coronavirus"

Dans le cadre de la stratégie de déconfinement, tous les patients qui présentent des symptômes grippaux devront être testés au coronavirus, d’ici peu. L’information donnée ce mardi par le quotidien Het Nieuwsblad a été confirmée par le ministre Philippe De Backer (Open VLD), interviewé sur Radio 1 (VRT). Le ministre chargé notamment de l’Agenda numérique et de la Lutte contre la fraude sociale dirige depuis quelques semaines le groupe de travail chargé de rechercher du matériel de protection pour la Belgique.

Dans le cadre du déconfinement, les tests systématiques au coronavirus seront primordiaux pour gérer les personnes infectées et avertir celles avec lesquelles elles ont eu un contact, ce qui nécessitera de tester aussi les personnes présentant des symptômes faibles, a confirmé Philippe De Backer à la VRT.

"Nous avons aujourd'hui une capacité de plus de 10.000 tests par jour", assure le ministre. "Maintenant, il est important de trouver des personnes sur le terrain qui, via les centres de triage et autres, pourraient effectivement prélever les échantillons une fois le déconfinement entamé".

La Croix-Rouge avait relevé la semaine dernière que toute la capacité de test dont elle disposait n'était pas utilisée. Selon De Backer, c'est lié au débat sur les profils qui doivent être testés, mais la définition a été élargie aux symptômes grippaux. "La coopération a aussi été améliorée sur le terrain, dans les maisons de repos, afin qu'un maximum d'échantillons arrivent en laboratoire, et pour permettre que davantage de personnes soient testées dans les hôpitaux", a ajouté le ministre.

Recruter 2.000 "traceurs de contacts"?

La Flandre, la Wallonie et Bruxelles comptent recruter 2.000 enquêteurs qui seront chargés d'identifier les citoyens potentiellement contaminés par le coronavirus, indique ce mardi le quotidien L'Echo.

Il s'agit de "contact tracers" qui tenteront de retracer avec qui les personnes infectées ont été en contact. Ces personnes seront invitées à se faire tester. Ceux qui seront déclarés porteurs du virus devront ensuite s'isoler pendant deux semaines.

Ce traçage de contacts s'inscrit dans la stratégie d'abandon progressif des mesures de confinement. La formation des enquêteurs relève des compétences des Régions. Lundi, au cours d'une réunion des ministres de la Santé, les Régions ont discuté de la manière dont elles comptaient organiser le suivi des patients.

La Flandre a besoin de 1.200 enquêteurs, la Wallonie de 600 enquêteurs et Bruxelles de 200. "Il s'agit d'un nombre important de personnes, mais heureusement, la formation n'est pas très difficile. Quelques heures de cours peuvent suffire", expliquait au quotidien une source proche du dossier.