Le Voka craint de nombreux licenciements et appelle à un redémarrage rapide de l'économie

"Nos entreprises et son personnel sont prêts, s'il vous plaît, redémarrons". C’est message clair qu’a lancé ce mercredi au gouvernement le patron du Voka, Hans Maertens dans l'émission "De ochtend" (VRT).

Le Voka redoute les conséquences économique de la crise du coronavirus. "Une entreprise sur cinq déclare qu'elle sera bientôt obligée de licencier du personnel. De son côté, le FMI parle de 100 000 licenciements possibles dans notre pays, la Banque nationale de 70 000 : plus longtemps durera ce blocage économique, plus grand sera le massacre économique".

L'organisation patronale flamande Voka demande un redémarrage rapide de l'économie. "Le Conseil national de sécurité doit décider vendredi de rouvrir rapidement tous les magasins et entreprises", estime son patron, Hans Maertens.
Selon le Voka, 85% des entreprises ont pris les mesures nécessaires pour préserver la santé, ou sont en train de le faire. "Et 85% des entreprises qui veulent redémarrer maintenant disent que leurs collaborateurs sont prêts à le faire."

Le patron du Voka pense que le pays ne peut plus rester dans cette situation. 
Une communication claire et rapide est nécessaire pour savoir où l'on peut reprendre le travail et où on ne peut pas, estime-t-on encore.