Copyright 2020, Adrian Seliga, licensed via EyeEm Mobile GmbH

Pour le patron de De Lijn : "Les masques doivent être obligatoires dans les transports en commun"

Si la décision dépendait de Roger Kesteloot, directeur général de De Lijn, le masque serait obligatoire dans les transports en commun, lors du déconfinement. C'est ce qu'il déclaré dans De Standaard et l’a confirmé à la VRT.

"Lorsque les écoles rouvriront leurs portes et que de plus en plus de gens recommenceront à travailler en dehors de chez eux, le nombre de passagers des transports en commun augmentera. Il sera alors quasi impossible d’encore respecter la distance sociale d’1,5 mètre entre les personnes. Un assouplissement de cette règle dans les bus et les trams, combiné au port du masque, sera la seule solution possible", selon Roger Kesteloot.

En effet, le port du masque offre plus de sécurité aux voyageurs et au personnel des trams et des bus.

"Nous attendons du gouvernement qu'il rende le port du masque obligatoire et que ce ne soit pas seulement une recommandation. Sinon, cette question fera l'objet de discussions infinies entre les voyageurs porteurs d’un masque et les autre et entre le conducteur et les voyageurs et nous ne voulons pas de cela".

"Nous voulons également que le gouvernement s'assure que les gens puissent, soit fabriquer leurs masques buccaux eux-mêmes, soit que la gouvernement en mette à la disposition de la population".

A la SNCB aussi

Sophie Dutordoir, PDG de la SNCB a déclaré également dans De Standaard ce mercredi que "les masques buccaux seront inévitables pour garantir la sécurité des passagers et du personnel dans les transports en commun. Si le déconfinement se fait progressivement, il n'y aura pas de problèmes au début"', selon Mme Dutordoir.

"Mais dès que le nombre de voyageurs augmentera, alors nous ne pourrons plus garantir les distances nécessaires".

A l'heure actuelle, la SNCB transporte 90.000 voyageurs par jour. Mais avant le confinement, ce chiffre était dix fois plus conséquent.