Le nombre de patients en soins intensifs passe sous la barre des 1.000, la surmortalité estimée à 80%

Ces dernières 24 heures, 211 nouveaux patients ont été hospitalisés, tandis que 367 personnes sont sorties. Le nombre de patients en soins intensifs passe sous la barre symbolique des 1.000, pour atteindre 993, ont annoncé le SPF Santé publique et le Centre de crise jeudi.La Belgique déplore également 230 nouveaux décès ces 24 dernières heures, pour un total de 6.490 depuis le début de l'épidémie de coronavirus. La situation montre en outre une surmortalité de près de 80% fin mars et début avril dans notre pays.

Au cours des dernières 24h, 211 nouvelles hospitalisations ont été enregistrées, contre 263 le jour précédent. Au total, 4.527 patients sont actuellement hospitalisés.

Le nombre de patients actuellement aux soins intensifs à la suite d'une contamination au Covid-19 est quant à lui passé sous la barre symbolique des 1.000 et atteint 993, ce qui représente une diminution de 27 en un jour.  Par ailleurs, 367 patients ont pu quitter l'hôpital. Depuis le 15 mars, ils sont 9.800 patients à avoir pu sortir.

Jeudi, 230 nouveaux décès ont été rapportés, dont 93 en hôpital et 134 en maison de repos. Parmi ces derniers, 38 (28%) étaient des cas confirmés. En Belgique, 6.490 décès ont été recensés depuis le début de l'épidémie.

Les nouveaux cas rapportés sont au nombre de 908: 386 patients en Flandre, 342 en Wallonie et 116 à Bruxelles, tandis que l'information manque pour 64. Le nombre total de cas s'élève à 42.797.

Surmortalité importante

La mortalité en Belgique a augmenté depuis le début de l'épidémie en Belgique, a indiqué jeudi Emmanuel André, porte-parole interfédéral de la lutte contre le nouveau coronavirus. La situation montre une surmortalité de près de 80% fin mars et début avril.

L'augmentation de la mortalité était plus limitée au début de l'épidémie. Mais la situation d'il y a quelques semaines fait état d'une surmortalité de près de 80%, plus que lors d'une vague de grippe ou une vague de chaleur.

"C'est une surmortalité importante et qui concerne toutes les tranches d'âge, même si nous savons que cette épidémie a particulièrement touché les personnes les plus âgées dans notre société", a-t-il ajouté.