"Même en cette période de crise sanitaire, les politiques restent préoccupés par leur propre avenir"

Ce mercredi, le quotidien Le Soir publiait des détails sur les recommandations formulées par les experts en vue de préparer la sortie du confinement. Ces informations résultaient d’une fuite dans la presse. Aux yeux du journaliste de la VRT Ivan De Vadder, cette fuite illustre bien ce qui se passe dans le milieu politique. "Les partis semblent encore et toujours préoccupés par leur avenir, et donc aussi par la formation d’un nouveau gouvernement", constate-t-il.

Mercredi, le virologue Marc Van Ranst avait déjà jugé "irresponsable" la fuite dans les médias de ces informations confidentielles. "Je suis prêt à mettre ma main au feu : cela ne provient pas du groupe d’experts", a avancé Marc Van Ranst.

"On ne sait pas qui est derrière cette fuite", souligne pour sa part Ivan De Vadder, "et en fait ça importe peu. Cela illustre cependant ce qui se passe dans le milieu politique", indique le journaliste, rappelant que ce genre de pratique arrivait souvent.

Utopie vs réalité

"Nous nous faisons tous une sorte d’image idéale des responsables politiques. Nous attendons de ces derniers qu’ils fassent preuve d’union, de clarté et d’esprit de décision. Et nous comparons cela à la réalité", indique Ivan De Vadder. "C’est aussi pourquoi certains d’entre nous envient les Français et leur président Macron, ou les Néerlandais et leur Premier ministre Rutte", constate-t-il.

"Ce à quoi nous assistons dans notre pays ne correspond pas à l’image utopique que nous nous faisons. En temps de crise, nous sommes encore plus sévères avec les responsables politiques, tout simplement parce que ces derniers attendent quelque chose de notre part. Les tensions entre notre représentation et la réalité provoquent plus facilement une indignation de notre part", explique Ivan De Vadder.

A qui profite la fuite?

C’est peut-être justement cette indignation que la source de la fuite cherchait à atteindre, estime encore le journaliste politique. "La réalité de ce qui se déroule dans notre pays projette une image encore plus négative des autorités", souligne-t-il.

Ivan De Vadder se réfère notamment à la mauvaise communication du Conseil national de sécurité concernant la permission des visites dans les maisons de repos, alors que le secteur n’y était pas du tout prêt. "Cela engendre une cacophonie qui ne correspond pas à l’idée que nous nous faisons du comportement des politiques".

Les partis tournés vers eux-mêmes

Ivan De Vadder constate aussi le contexte particulier de cette fuite. Certains partis sont en effet déjà préoccupés par leur avenir, alors que les citoyens attendent surtout que les politiques se concentrent sur la lutte contre le Covid-19.  "Les responsables sont principalement affairés par leur propre avenir politique. Certains annoncent déjà qu’ils ne soutiendront pas la prolongation des pleins pouvoirs, et qu’il vaut mieux recommencer les négociations d’un nouveau gouvernement à part entière".

Aux yeux du journaliste politique, la majorité de la population attend avant tout la fin du confinement, et la relance d’une vie sociale et économique, et non la formation d’une nouvelle majorité. "Je ne vise aucun parti en particulier. Ils sont nombreux à être tournés vers eux-mêmes, malgré ces temps de crise, et c’est un mauvais signal", précise Ivan De Vadder.

Selon lui, le nouveau point-presse du Conseil national de sécurité prévu ce vendredi sera une occasion de communiquer clairement sur les mesures. "Ce sera une opportunité de mieux coller à l’image idéale que nous avons des politiques", conclut-t-il.