Réouverture des écoles en Flandre : qu'en est-il des internats ?

Les écoles secondaires ayant un internat ne savent pas comment faire face à une éventuelle réouverture le 15 mai prochain. "Nous supposons que nous allons rouvrir à ce moment-là, mais la manière dont nous allons le faire n'est pas très claire", a déclaré Liesbet Jacobs, directrice de l'école secondaire Mariagaard à Wetteren (Flandre orientale).

Les acteurs de l'enseignement en Flandre ont proposé mercredi de laisser la possibilité aux écoles de rouvrir partiellement leurs portes à partir du 15 mai. Dans le secondaire, les élèves de l'enseignement général iraient, un jour par semaine à l'école, et deux jours pour l'enseignement technique et artistique, ainsi que pour la 6e et 7e professionnelles.

A Mariagaard, on compte environ 150 élèves de dernière année toutes sections confondues. Ce sont des lycéens de sixième année de l'ASO (enseignement secondaire général) et du TSO (enseignement secondaire technique), mais aussi de septième année du BSO" (enseignement professionnel), explique la directrice Liesbet Jacobs. Mariagaard à Wetteren est l'un des plus grand établissement scolaire de la région et dispose également d'un internat. « Parmi nos élèves de dernière année ont il y a également un certain nombre d'internes. Je suppose que nous les accueillerons à nouveau lorsque les cours reprendront le 15 mai, comme c'est le cas actuellement. Mais, on ne sait pas encore vraiment comment".

Hébergement d’urgence

Depuis l’entrée en vigueur des mesures sanitaires, le 18 mars dernier, les internats, comme les écoles, sont tenus de fournir un hébergement d'urgence aux élèves dont les parents qui exercent des professions essentielles. Un hébergement pouvait aussi être fourni aux enfants et aux jeunes dont la situation familiale est difficile. Par contre tous les autres élèves étaient obligés de rester chez eux. "Nous avons reçu environ 6 demandes de parents. A chaque fois, c'étaien des élèves qui voulaient se rendre compte du confort et de la convivialité de l'internat. Bien entendu, comme il ne s'agissait pas d’une demande d’hébergement d’urgence. L'internat est resté fermé", explique Liesbet Jacobs.

La réouverture d’un internat n’est pas facile

Les questions pratiques se posent principalement lors de la réouverture de l'internat. "C'est une opération logistique importante. Nous devons non seulement nous occuper des jeunes, mais aussi leur fournir des repas chauds et des moments de détente. La manière dont cela devra être réalisé dans le respect des mesures sanitaire n'est pas encore claire. Pour l'instant, nous n’avons pas reçu de directive".

De quel budget allons-nous disposer ?

L’école de Wetteren attend également les directives concernant les gels désinfectants et les masques. "C'est surtout une question de budget. Combien d'argent pouvons-nous mettre à disposition pour cela ? L'offre en matériel de protection n'est pas non plus tout à fait assurée. Les délais de livraison sont également très conditionnels". Il y a aussi d'autres coûts. "En arrêtant les cours, les aliments commandés pour la cantine ont été jetés. "Le restaurant scolaire qui permet aux étudiants des écoles hôtelières d'acquérir de l'expérience est également fermé."