Le nombre d’appels de jeunes pour violence intrafamiliale a triplé en Flandre

Le nombre de signalements pour violence intrafamiliale auprès d'Awel - le service d'aide en ligne et téléphonique pour les enfants et les jeunes flamands - a triplé depuis le début de la crise du coronavirus. "Il faut accorder plus d'attention aux jeunes vulnérables, car de nombreux drames se jouent pour l'instant en Flandre et à Bruxelles", met en garde le ministre flamand de la Jeunesse et de Bruxelles, Benjamin Dalle.

En comparaison avec la même période l'an dernier, le nombre de signalements de violences auprès des services d’Awel est passé de 208 à 396. Plus précisément, les appels pour violence intrafamiliale ont fortement augmenté (78 contre 26), tout comme le nombre de jeunes témoins de violences (4 à 22).

Le ministre Dalle tire la sonnette d'alarme. "Des drames se déroulent derrière les murs des habitations. Nous devons accorder plus d'attention aux enfants et aux jeunes vulnérables. Ces chiffres ne sont que le sommet de l'iceberg. Les témoignages sont poignants. J'appelle le Conseil national de sécurité à ne pas les oublier."

Selon Sibille Declercq, coordinatrice d'Awel, les appels sont plus nombreux mais les témoignages sont également plus "intenses". "Beaucoup de jeunes se trouvent dans une situation désespérée ou sont mentalement très troublés en l'absence de suivi", ajoute-t-elle.

Les plus consultés