"Pourquoi De Wever veut-il déjà recommencer à discuter d’un nouveau gouvernement fédéral de pleins pouvoirs?"

Les journalistes politiques Ivan De Vadder (VRT) et Alain Gerlache (RTBF) proposent chaque semaine un podcast intitulé PLAN B, dans lequel ils évoquent les différences et les similitudes entre le paysage politique en Flandre et celui en Belgique francophone. Une semaine en français, quand ils partent d’une situation en Flandre, et la semaine suivante en néerlandais, quand c’est un aspect en Belgique francophone qui leur sert de point de départ.
Cette fois, Alain Gerlache interroge Ivan De Vadder (en français) sur les déclarations récentes du président du parti nationaliste flamand Bart De Wever qui, en pleine crise sanitaire, souhaite revenir dès le mois de juin à la table des négociations en vue de la formation d’un nouveau gouvernement fédéral définitif.

Ces dernières semaines, les responsables politiques se sont avant tout occupés des mesures nécessaires pour répondre à la crise sanitaire causée par la pandémie du coronavirus. A présent, il est question d’une stratégie en vue d’un déconfinement progressif. Et voilà que la politique de partis refait surface, constate Ivan De Vadder.

Le président de la N-VA, Bart De Wever, a ainsi annoncé lundi qu’il souhaitait se remettre dès le mois de juin à la table des négociations pour tenter de former un nouveau gouvernement fédéral de pleins pouvoirs. Le gouvernement dirigé par Sophie Wilmès travaille actuellement avec des pouvoirs spéciaux pour gérer la crise sanitaire. Ce système sera évalué en juin. La N-VA ne semble pas en faveur d’une prolongation des pouvoirs spéciaux.

"Nous sommes prêts à faire un compromis, mais dans le cadre de notre logique et du programme que nous estimons important. Sinon, ce n’est pas la peine", déclarait Bart De Wever. Il lance un appel aux présidents des autres partis flamands pour se serrer les coudes et "ne pas se laisser pousser dans le gouffre du PS et d’Ecolo".

Pourquoi le président de la N-VA lance-t-il ce message, et pourquoi maintenant ? C’est ce qu’Ivan De Vadder (VRT) a expliqué à Alain Gerlache (RTBF). 

A noter qu'une reprise du début de l'interview a été omise au montage final , avec quelques mots en néerlandais échangés entre les journalistes.  Mais l'interview est bien en français.