Une entreprise belge participe à la construction d’une usine de traitement des déchets à Singapour

Un consortium intégrant l'entreprise technologique belge Keppel Seghers, installée à Willebroek (province anversoise), va construire à Singapour une usine de traitement de déchets à grande échelle avec récupération d'énergie verte. Il s'agit d'un contrat d'un montant total d'environ 1 milliard d'euros, qui doit déboucher sur la création de plusieurs centaines d'emplois, précise l’entreprise qui a déjà participé à des projets identiques en Chine, à Hong-Kong (photo) et en Inde.

Le consortium en question est composé de Keppel Seghers, China Harbour et ST Engineering Marine. Ces entreprises y ont une part respective de 48, 31 et 21%. L'entreprise belge a obtenu le contrat pour la construction de la phase 1 de la centrale de valorisation énergétique des déchets. Celle-ci sera opérationnelle en 2024.

"La technologie interne éprouvée sera utilisée pour convertir les déchets en une quantité maximale d'électricité et de matières premières secondaires réutilisables, tandis qu'une épuration extensive des gaz de combustion garantit que les émissions seront parmi les plus faibles au monde", insiste Keppel Seghers.

L'installation traitera 2.900 tonnes (ou 200.000 sacs de déchets ménagers) par jour de manière respectueuse de l'environnement. Selon l’entreprise de Willebroek, cela correspond à près de trois quarts de la quantité totale de déchets ménagers non recyclables produits en Flandre.

Avec un peu moins de six millions d'habitants, Singapour compte une population comparable à celle de la Flandre, mais dans une zone vingt fois plus petite. La question des déchets est donc l'un des défis majeurs de la ville-État, au même titre que la gestion efficace de l'eau et des eaux usées.

Une expérience mondiale de cette technologie

En janvier dernier, Keppel Seghers annonçait sa participation à la construction des premières grandes centrales à énergie basées sur la valorisation de déchets en Inde. Elle y fournit la technologie pour deux projets dans l'état de Gujarat. Ce qui permettra de livrer de l’électricité à 500.000 habitants.

En décembre 2017, l'entreprise technologique flamande avait signé un contrat de plusieurs milliards d'euros à Hong Kong. L'entreprise traite des déchets ménagers sur la première "île poubelle" artificielle au monde.

Et en octobre 2016, Keppel Seghers décrochait en Chine un contrat pour l’agrandissement de ce qui devait devenir la plus grande installation au monde d’incinération de déchets. Elle permettra de produire de l’électricité, dans la ville de Shenzhen (province de Guangdong), en bordure de Hong Kong.

Fondée par Hendrik Seghers, l’entreprise flamande a été reprise en 2002 par la multinationale singapourienne Keppel, d’où son nouveau nom.