BELGA

241 nouveaux décès, mais le nombre d’hospitalisations continue à baisser

tandis que 295 personnes sont sorties de l'hôpital. C’est ce qu’ont annoncé le service public fédéral Santé publique et le Centre de crise ce samedi midi. 241décès supplémentaires sont à déplorer, ce qui porte à 6.917 le nombre de personnes décédées du coronavirus dans notre pays.

Le nombre de patients en soins intensifs s'élève désormais à 934, soit une baisse de 36 personnes. Le nombre de lits occupés à l'hôpital est lui aussi en recul, de 160 unités, et se situe maintenant à 4.195. Quelque 635 patients nécessitaient une assistance respiratoire et 46 une ECMO.

Entre le 15 mars et le 24 avril, 14.435 patients avec Covid-19 sont entrés à l'hôpital et 10.417 personnes en sont sortis. La Belgique déplore 241 nouveaux décès dus au coronavirus ces 24 dernières heures, dont 72 à l'hôpital et 164 en maison de repos. Mais parmi ces 241 décès recensés, 58 datent d'avant-hier. Ils concernent des maisons de repos en Flandre et n'avaient pas encore été comptabilisés pour des raisons techniques.

Sur les 241 nouveaux décès rapportés au cours des dernières 24h, 154 (64%) ont eu lieu en Flandre, 59 (24%) en Wallonie, et 28 (12%) à Bruxelles. Depuis le début de l'épidémie, un total de 6.917 décès est à déplorer en Belgique: 3.374 décès (49%) en Flandre, 2.458 (36%) en Wallonie, et 1.085 (16%) à Bruxelles.

BELGA

Le nombre de nouveaux cas de Covid-19 confirmés au cours des 24 dernières heures s'élève à 1.032 pour un total de 45.325 cas confirmés jusqu'ici. Le nombre réel de cas est néanmoins plus élevé, car toutes les personnes contaminées n'ont pas pu être dépistées.

Sur le total de 45.325 cas confirmés depuis le début de l'épidémie dans notre pays, 25.152 (55%) se trouvaient en Flandre, 14.673 (32%) en Wallonie et 4.579 (10%) à Bruxelles.

"Nous nous dirigeons vers une nouvelle phase, mais nous devons continuer à rester vigilants", commentait ce samedi midi le porte-parole du Centre national de crise, Yves Stevens (photo). "Aucune étape dans le processus de décroissance escompté n’est définitive. La situation demeure délicate. Nous allons devoir continuer à suivre la situation de très près et, le cas échéant, faire un pas en arrière si cela s’avère nécessaire pour la santé publique".