Copyright 2020, Adrian Seliga, licensed via EyeEm Mobile GmbH

SNCB et De Lijn soulignent l’importance du masque dans les transports en commun

L'obligation de porter un masque buccal dans les gares, sur les quais et dans les trains - décrétée vendredi à l’issue de la longue réunion du Conseil national de Sécurité - sera très importante dans la perspective d'une évolution de l'offre de trains, souligne la SNCB. La société de transport flamande De Lijn réagit également favorablement à la décision de rendre obligatoire le port du masque de confort dans les transports publics. "Cela clarifie les choses", indique ce samedi une porte-parole de la société qui avait elle-même plaidé pour le port du masque dans ses bus et trams.

La stratégie de déconfinement présentée vendredi soir par le Conseil national de sécurité prévoit notamment l'obligation, à partir du 4 mai, de se couvrir la bouche et le nez dans les transports en commun pour les usagers à partir de 12 ans. "Les masques buccaux seront obligatoires à partir du 4 mai dans les gares, sur les quais et dans les trains", confirme un porte-parole de la SNCB.

L'entreprise ferroviaire était elle-même demandeuse d'une telle mesure. Actuellement, la SNCB opère un service de trains d'intérêt national, c'est-à-dire réduit par rapport au service normal. Les chemins de fer belges ne transportent actuellement plus que 10% de passagers par rapport à la normale. Le taux d'occupation des trains est quant à lui de l'ordre de 4 à 5%.

Pour le 4 mai, la SNCB veut proposer une offre de trains qui "répond aux besoins" dans un contexte de déconfinement progressif. Les détails de cette offre seront précisés prochainement.

Vers une offre élargie chez De Lijn aussi

La société régionale flamande de transports en commun va réfléchir à d'autres mesures préventives supplémentaires, telles que la distanciation sociale à bord de ses trams et bus, afin de garantir la sécurité des conducteurs et des voyageurs.

Une offre de bus "élargie" sera également envisagée si le nombre de voyageurs redevenait plus important.

Vendredi, le syndicat socialiste chez De Lijn craignait que le société n’ait pas assez de moyens ni de temps pour garantir la sécurité des conducteurs et des voyageurs d’ici le début de l’assouplissement des mesures de confinement, le 4 mai.

Les plus consultés