Et si la fête des mères était reportée d’une semaine, après la réouverture des fleuristes ?

C’est l’idée évoquée par le ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA), samedi soir au micro de nos collègues de VTM Nieuws. Il suggère de reporter d'une semaine la fête des mères en Flandre, cette année, donc du 10 au 17 mai. Le but : permettre aux fleuristes et autres commerces qui ne seront pas encore rouverts le 10 mai - mais seulement le 11 mai, sous conditions - de faire des affaires, tant attendues par les indépendants. Interrogé à ce sujet dans le Journal télévisé de la VRT, le ministre fédéral Alexander De Croo a répliqué que le Conseil national de sécurité avait opté pour une même date de réouverture pour tous les commerces, sans vouloir faire d’exception pour les fleuristes. Les mamans pourront recevoir des fleurs dès lundi 11 mai, soulignait De Croo.

D’après Jan Jambon (photo archives), reporter la fête des mères d’une semaine permettrait d'"aller déposer des fleurs ou une tarte devant la porte" des mamans, sans pour autant encore pouvoir entrer en contact avec elles. En effet, les réunions de famille ne seront pas encore autorisées à cette date-là, dans le cadre du plan de déconfinement.

Elles pourraient l'être à partir du 18 mai, si la sortie de crise se confirme. De nombreuses personnes se demandent pourquoi les citoyens pourraient probablement croiser des amis ou des membres de leur famille à partir du 11 mai dans un magasin mais pas les voir chez eux, à la maison. "C'est plus facilement contrôlable que ce qui se passe derrière les murs d'une maison", justifie Jan Jambon.

"Il est plus facile de contrôler l'espace public. Mais si la situation évolue favorablement d'ici le 18 mai, la vie familiale sera l'une des grandes priorités." Il rappelle qu'on pourra déjà voir l'un ou l'autre ami dès le 4 mai en pratiquant du sport, comme le tennis ou le kayak par exemple.

Mais est-il permis de prendre la voiture pour effectuer un déplacement non-essentiel vers son club de tennis? Le ministre président flamand appelle chacun à se montrer raisonnable. "Si vous vivez à Genk et que vous allez faire du tennis à Ostende, c'est insensé. On peut par contre bien se déplacer dans un village. C'est une question de bon sens”, déclarait encore Jambon sur le plateau de VTM Nieuws.

"Pas voulu faire d’exceptions"

Invité sur le plateau du Journal télévisé de la VRT, samedi soir, le ministre fédéral Alexander De Croo (photo) indiquait que le Conseil national de sécurité n’avait pas oublié la date de la fête des mères et qu’il se rendait bien compte que c’est un jour important pour beaucoup de citoyens, mais que le Conseil avait opté pour des directives claires, sans vouloir faire encore des exceptions entre les types de commerces, comme cela lui a été reproché lors de précédentes étapes du confinement. Les magasins de bricolages et jardineries ont en effet déjà pu rouvrir leurs portes pendant le congé de Pâques.

"Je me rends bien compte que leur permettre de n’ouvrir que le 11 mai, comme les autres commerces, est très dur pour les fleuristes qui ont déjà dû fermer leur magasin pendant deux mois". Ils ne seront pas ouverts le dimanche de la fête des mères. "Mais nous compenserons cela le lendemain, en achetant des fleurs pour les mamans le lundi 11 mai", suggérait De Croo.

Les Anversois ne connaîtront pas ce problème pratique, puisqu’en province anversoise les mamans sont fêtées traditionnellement le 15 août. D’ici là, les fleuristes devraient largement avoir rouvert leurs portes.