Copyright Brandweerzone Centrum

Pollution de l’Escaut : la Flandre espère pouvoir sauver 90% des poissons

La mortalité des poissons dans la partie flamande de l'Escaut semble être pour le moment inférieure à ce que l’on redoutait. En raison d’une grave pollution organique venant de France, de nombreux poissons sont morts, mais grâce à diverses mesures, le pire semble passé. Bien que tout le danger ne soit pas encore écarté. En France et en Wallonie, les dommages causés à la faune aquatique sont considérables.

L'Agence flamande des cours d'eau (Vlaamse Waterweg) a pris de diverses mesures pour endiguer la pollution de l'Escaut, provoquée par la rupture d'une digue, début avril, dans une sucrerie du Nord de la France. La boue déversée dans le fleuve était chargée en dioxyde de carbone, ce qui a grandement réduit le taux d'oxygène dans l'eau, engendrant la mort de milliers de poissons en France et en Wallonie ainsi qu’en Flandre mais dans une moindre mesure.

"Nous espérons pouvoir sauver de 80 à 90 % des stocks de poissons", a déclaré Karen Buyse, de la Vlaamse Waterweg à la VRT. "On ne pourra pas l’affirmer tant que toute la pollution n'aura pas disparu."

La Vlaamse Waterweg est l'agence du gouvernement flamand qui gère les voies navigables. Avec, entre autres, les services d'urgence et la société des eaux Aquafin, la Vlaamse Waterweg a pris des mesures pour prévenir la mortalité massive des poissons.

La nappe se trouve à présent à hauteur Zwijnaarde (Gand)

Pour éviter cette mortalité, la pollution a été réduite au maximum et de l'oxygène injecté dans l'eau. A Gavere, entre Gand et Audenarde, les pompiers ont placé un cadre d'aération dans l'eau. "C'est un écran qui injecte l'oxygène dans l'eau sur une grande surface", explique Karen Buyse. "Un peu comme dans un aquarium, mais à grande échelle."

"Pour l'instant, nous constatons que cela fonctionne, car il n’y a pas beaucoup de poissons morts", ajoute Karen Buyse. "Ceux que nous voyons sont des poissons qui viennent de Wallonie ou de France. Nous les repêchons avec nos collègues wallons. La pollution diminue déjà un petit peu, mais nous ne nous en sommes pas encore débarrassés complètement. On ne sait pas encore combien de temps cela va durer. La nappe se trouve à présent à hauteur de Zwijnaarde (Gand)".