BELGA

Le recrutement de "contact tracers" prend du retard en Flandre

Alors que le recrutement de 1.200 "enquêteurs", chargés d'identifier les citoyens potentiellement contaminés par le coronavirus, s’annonce primordial pour lutter contre le covid-19, la Flandre a pris du retard dans sa recherche. Au micro de Radio 1 (VRT), le ministre flamand du Bien-être, Wouter Beke (CD&V), a indiqué qu’il avait en effet dû composer un nouvel appel d'offres, après que l'Inspection des Finances avait constaté qu'une partie des formalités requises manquait dans l'offre initiale. Le ministre espère malgré tout un test pour le 4 mai.

Les trois Régions ont été chargées par le fédéral de mettre au travail des centaines de "contact tracers", en l’occurrence des personnes chargées d'identifier les citoyens potentiellement contaminés par le coronavirus, en retraçant les contacts des personnes positives.

La majorité de ces enquêteurs devraient travailler dans des centres d'appel. Côté flamand, le gouvernement compte faire appel à un consultant externe pour trouver ces personnes. Mais l'appel d'offres a dû être réécrit.

Le ministre Wouter Beke espère malgré tout qu'un consultant puisse être désigné dès cette semaine, pour tester le système à partir de lundi. Entre-temps, les formations pour les futurs "contact tracers" ont été préparées, a-t-il affirmé sur les ondes de Radio 1.

Jambon garantit la capacité de traçage pour le 11 mai

La Flandre disposera le 11 mai de la capacité de traçage dont elle aura besoin, a assuré mercredi le ministre-président Jan Jambon (photo), devant le parlement flamand. "Je m'en porte garant".

Le traçage des personnes contaminées et des gens qu'elles ont fréquentés est l'une des conditions pour réaliser le déconfinement. Les Régions sont compétentes pour cette matière. Elles entameront cette opération le 4 mai, quand un certain nombre d'activités économiques reprendront, avant la réouverture des commerces le 11 mai.

L'opposition redoute que les autorités flamandes ne soient pas prêtes à temps. Une impression que réfute Jan Jambon (N-VA). Le 4 mai, une phase test pourra commencer avant que la "pleine capacité" soit à disposition le 11 mai, selon lui.

"N'alarmez pas inutilement la population car ce n'est vraiment pas nécessaire. En tant que pouvoir public, nous prenons nos responsabilités, nous respectons nos obligations et nous sortirons de cette crise", a déclaré le ministre-président flamand.

BELGA