Pierre Van Damme: "La nouvelle société sera faite de citoyens portant un masque"

Les gens vont être plus nombreux à pouvoir sortir dès la semaine prochaine. Les masques vont dès lors être de plus en plus nécessaires. D’après l’épidémiologiste Pierre Van Damme, ce sera surtout le cas dans les endroits très fréquentés. "La nouvelle société sera une société faite de citoyens portant un masque", a-t-il souligné lors de l’émission ‘Terzake’ (VRT).

Durant des semaines durant, l’utilité du port d’un masque a été discutée, certains estimant qu’il n’était pas nécessaire, alors que d’autre le qualifiait de primordial.

Aujourd’hui, l’épidémiologiste confirme que porter un masque ne nous protège pas d’une infection, mais permet d’éviter de contaminer les autres. "L’attitude idéale est de voir tout le monde porter un masque là où il y a beaucoup de monde", indique Pierre Van Damme. "D’après la littérature, nous savons que les masques en coton ne sont pas parfaits, mais ils permettent tout de même de freiner la transmission de 60 à 70%".

"L’objectif n’est pas de porter un masque constamment", poursuit-il. "Nous devons le faire quand c’est nécessaire, par exemple devant les portes des écoles, dans les magasins ou les transports en commun", explique-t-il encore.

"Nous sommes partis d’une phase où tout le monde devait rester chez soi, et où les masques n’étaient donc pas utiles. A présent, nous entrons dans une phase où il y aura plus de monde dans les rues. La distance sociale pourra dès lors être moins facilement assurée", souligne l’épidémiologiste. Selon lui, il faut se faire à l’idée : "La nouvelle société sera une société faite de citoyens portant un masque".

Pierre Van Damme insiste toutefois : "le maintien de la distance sociale était l’étape numéro 1, et cette mesure reste de mise. Le virus se transmet si on se rapproche trop des autres. C’est justement quand on se trouve dans une situation où il y a du monde qu’il faut porter un masque. C’est un moyen important pour continuer de protéger la population", conclut-il.

"La nouvelle société sera une société faite de citoyens portant un masque", estime l'épidémiologiste Pierre Van Damme.