Nicolas Maeterlinck

Un premier groupe de plus de 250 personnes rapatriées du Maroc vers Bruxelles

Un premier vol de rapatriement a eu lieu vendredi après-midi depuis le Maroc, à bord duquel 264 compatriotes ont pu prendre place. L’annonce a été faite par samedi par le ministre des Affaires étrangères et de la Défense Philippe Goffin (MR). Un autre avion quittera Casablanca ce samedi après-midi pour se poser à Brussels Airport en soirée. Trois autres vols sont encore prévus pour la semaine prochaine. De son côté, la plate-forme "des belgo-marocains bloqués au Maroc" dit avoir reçu plusieurs alertes de citoyens ayant obtenu une réponse négative quant à leur rapatriement en Belgique.

Les rapatriements se passent en plusieurs phases depuis Casablanca, étant donné la fermeture des autres aéroports, précisent les Affaires étrangères. Des bus ont dès lors été spécialement affrétés pour permettre aux Belges se trouvant un peu partout dans le pays de rejoindre cette ville.

L'ambassade belge à Rabat a été contactée par environ 4.500 personnes, dont 3.400 Belges qui souhaitaient rentrer en Belgique. Pour entrer en considération de ce rapatriement à caractère humanitaire, il faut cependant être résident en Belgique et pouvoir démontrer ce caractère humanitaire, soit médical, soit social, rappelle le ministre Goffin. Les autorités marocaines, qui ont fermé l'espace aérien il y a plus d'un mois et établi un couvre-feu, ont accepté ce rapatriement dans la mesure où ces conditions étaient respectées.

Environ 1.500 Belges possédaient de telles preuves, qui ont été soumises aux autorités marocaines pour approbation. Quelque 1.200 compatriotes étaient par ailleurs déjà rentrés en provenance du Maroc au mois de mars.

Un dossier complexe

"C'est un dossier complexe qui demande à être traité avec calme et dans le respect mutuel", insistent les Affaires étrangères, soulignant que "la diplomatie s'inscrit dans un cadre juridique et que la Belgique doit respecter les accords internationaux".

De son côté, la plate-forme "des belgo-marocains bloqués au Maroc" dit avoir reçu plusieurs alertes de citoyens ayant obtenu une réponse négative quant à leur rapatriement en Belgique.

"Plus de 1.000 mails négatifs ont été envoyés ce matin en dévoilant l'identité de plus de 1.000 personnes. C'est un signe d'amateurisme et une atteinte à la vie privée des gens que nous condamnons", estiment les responsables du collectif.

Le collectif affirme également que des personnes rapatriées à Bruxelles, ce vendredi 1er mai ont reçu un mail négatif de rapatriement, alors qu'elles sont déjà en Belgique.

L'organisme indique avoir reçu des excuses du ministre Goffin samedi matin, expliquant qu'il s'agissait "d'une erreur humaine de manipulation des mails".

Le collectif pointe aussi d'autres "cafouillages", comme des enfants restés bloqués au Maroc, alors que l'un des parents a été rapatrié. La plate-forme a réitéré sa demande d'un rapatriement généralisé pour la date du 10 mai 2020.

 

Les plus consultés