Foto: PostNL

PostNL érige un centre de tri et de distribution à Willebroek

L’entreprise postale néerlandaise a signé un contrat afin de lancer la construction d'un premier centre de tri et de distribution de haute technologie en Belgique, à Willebroek (province anversoise). D'une superficie de 8.400 m², le site accueillera environ 400 employés et jusqu'à 120.000 colis pourront y être traités quotidiennement. Le bourgmestre de Willebroek, Eddy Bevers, souligne l’effet positif de cette installation pour l’emploi dans sa commune.

La construction de ce nouveau bâtiment confirme la volonté de PostNL d'investir davantage dans l'e-commerce en Belgique, indique l'entreprise postale. Le centre de Willebroek réalisera les opérations de tri pour toute la Belgique et permettra la livraison directe des commandes en ligne effectuées auprès d'entreprises de l'e-commerce belges et étrangères.

Les nouvelles installations feront partie d'un réseau de 25 centres de tri aux Pays-Bas et de six sites en Belgique, d'où partent les livreurs afin d'assurer la distribution des colis.

"Grâce à la technologie, l'entièreté du tri se fera à grande vitesse, jusque dans les fourgonnettes des livreurs. La construction de ce bâtiment durable constitue un investissement dans notre capacité à soutenir la croissance de nos clients e-commerce", explique Rudy Van Rillaer, directeur général de PostNL Belgique.

L'entreprise postale a mis en service trois centres de tri et de distribution de haute technologie aux Pays-Bas l'année dernière.

Quant à Eddy Bevers (N-VA), le bourgmestre de Willebroek, il se dit ravi que l’entreprise néerlandaise ait choisi sa commune pour installer un centre de haute technologie.

"L’investissement créera de l’emploi au niveau local, avec un impact minimal sur l’environnement. D’autres entreprises pratiquant le commerce en ligne trouveront sans aucun doute aussi le chemin de notre commune pour des possibilités d’emploi à long terme sur le marché de l’e-commerce. C’est un secteur qui est encore en pleine croissance en Belgique", estime Eddy Bevers.