L'Euregio Meuse-Rhin demande une réouverture rapide des frontières

Les membres du comité directeur de l'Euregio Meuse-Rhin défendront dans leur pays respectif la réouverture rapide des frontières, à côté d'un soutien transfrontalier dans la lutte contre la crise. C’est ce qu’a indiqué ce mardi cette collectivité territoriale.

Les habitants de la région transfrontalière - qui regroupe les provinces belges de Liège et de Limbourg, la Communauté germanophone de Belgique, le sud du Limbourg néerlandais et le district allemand de Cologne - "sont durement touchés par les frontières closes et les contrôles", indique le groupement dans un communiqué.

La structure fondée en 1976 souligne le travail d'information et de coordination de sa cellule de crise, notamment pour les transports de patients ou pour communiquer sur les "raisons essentielles" pour lesquelles le passage de la frontière est autorisé.

"Face à des difficultés aux contrôles frontaliers au début de ceux-ci (qui peut passer la frontière et dans quelles circonstances ?), l'Euregio a pu, grâce à ses réseaux, jouer un rôle de médiateur" qui a aidé à ce que des systèmes de certification, des règlementations exceptionnelles, notamment, voient le jour.
Le centre de coopération policière de l'organisation a quant à lui transféré des

informations sur des personnes suspectes aperçues durant les contrôles frontaliers. "Ainsi, une continuité dans la poursuite des criminels est assurée, même en période de crise", fait valoir la structure.

"L'Euregio Meuse-Rhin a besoin de frontières ouvertes pour une société ouverte", souligne-t-elle. En plus de l'Euregio Meuse-Rhin, la Belgique est traversée par quatre autres Groupements européens de Collaboration territoriale (GECT): la Grande Région, l'Eurométropole Lille-Courtrai-Tournai, le GECT Flandre occidentale-Flandre-Dunkerque-Côte d'Opale et la Région de la ligne du Pays de Waes et Hulst.