La police ne fera plus de contrôles spécifiques sur la raison des déplacements

A partir de dimanche 10 mai, jour de la fête des mères, les Belges auront la possibilité de recevoir quatre personnes à leur domicile et à partir de ce lundi 11 mai, les commerces rouvriront leurs portes. La police n’effectuera plus de contrôles spécifiques pour vérifier la nature des déplacements, ces contrôles seront intégrés dans le travail normal de la police.

"La police compte sur le bon sens de la population", a déclaré Nico Paelinck, président de la Commission permanente de la police locale à la VRT. "Nous optons pour une approche différente. Les contrôles corona feront partie des contrôles de notre fonctionnement normal".

"Lors de contrôles d’alcoolémie dans le cadre de nos campagnes BOB, nous allons également vérifier si toutes les personnes dans un véhicule vivent bien sous le même toit. Mais les contrôles stricts comme ces dernières semaines : nous ne les ferons plus, cela n'est pas possible, et ce n'est pas non plus notre objectif".

"Contrôler l'ensemble de la société, ce n'est pas notre but. Nous comptons sur le bon sens des gens. Nous sommes dans la phase suivante. La police va se concentrer davantage sur l'interdiction des rassemblements. Nous allons vérifier, par exemple, le port du masque dans les transports en commun, et nous allons voir si la réouverture des magasins se déroule buien, nous allons aussi surveiller les transports vers les clubs de sport ainsi que les excursions d'une journée.

En ce qui concerne nos frontières nationales, nous restons en étroite consultation avec nos collègues des Pays-Bas et de la France".

"Il en va de la responsabilité de chacun"

Mercredi, lors de la conférence de presse du Conseil national de Sécurité, la Première ministre Sophie Wilmès (MR) avait précisé d’ailleurs : "Il est important de savoir que la police fait son travail, elle fait tout pour protéger la population, mais à mesure que nous avançons dans le déconfinement, il sera de plus en plus difficile pour l’agent de police d'effectuer un contrôle".

"Ce n’est pas le contrôle de police mais la responsabilité de chacun. C’est la raison pour laquelle je parle d’un contrat, respecté par chaque partie dans cette affaire. Je suis convaincue que la population belge est intelligente et est responsable. Si nous donnons plus de libertés, c’est parce qu’on sait que cette situation va encore durer longtemps", a encore déclaré Sophie Wilmès.