"Covid-19 ne sera pas vaincu par l’immunité collective : seuls 6% des Belges ont des anticorps"

Six pour cent des Belges ont développé des anticorps contre le coronavirus, indiquait l'épidémiologiste Pierre Van Damme (photo) de l'Université d'Anvers jeudi soir dans l’émission "De Afspraak" sur la chaine de télévision Canvas (VRT). Une première étude menée par l'université anversoise, il y a deux semaines, a montré que 3% des Belges avaient des anticorps à l’époque, ce qui indique que le système immunitaire lutte contre le virus. D'après la deuxième mesure, basée sur environ 3.400 échantillons de sang, il semble que ce soit maintenant 6% des Belges.

Les échantillons de sang ont été prélevés entre le 20 et le 26 avril, soit durant le confinement. Il n'est donc pas surprenant que le pourcentage n'augmente pas rapidement, étant donné que tout est mis en œuvre pour empêcher la propagation du virus. "La prochaine mesure sera intéressante car l'assouplissement des mesures sera en cours. Et puis nous devrons voir si nous pouvons traduire cela en pourcentages", a expliqué l’épidémiologiste Pierre Van Damme.

Dans une situation idéale, nous devrions voir encore une augmentation similaire à celle observée pendant le confinement, ce qui signifierait que les citoyens resteraient prudents et respecteraient la distanciation sociale. Cependant, nous sommes encore loin d'une immunité de groupe, dans laquelle au moins la moitié de la population doit avoir des anticorps.

"Même les pays européens qui comptaient sur elle, comme la Suède ou le Royaume-Uni, ont abandonné cette idée et devront trouver un autre moyen", a conclu Pierre Van Damme.

© 2020 SOPA Images

Les tests sérologiques pour évaluer une immunité collective

Dans le cadre de la stratégie de déconfinement, les tests sérologiques permettront d'évaluer si une protection de groupe s'installe au sein de la population et de déterminer le nombre de personnes entrées en contact avec le virus Sars-Cov-2, a précisé ce vendredi Yves Van Laethem (photo), porte-parole interfédéral de la lutte contre le coronavirus, lors du point presse quotidien du Centre de crise et du SFP Santé. Ces tests détectent les anticorps qui apparaissent à la suite d'une infection.

Les tests sérologiques serviront par exemple à confirmer un cas suspect de Covid-19 qui n'avait pas été démontré, souligne Yves Van Laethem. Les médecins du travail pourront les utiliser pour différentes professions essentielles, comme le corps médical et paramédical. La sérologie pourrait également contribuer à évaluer le niveau de protection de sous-groupes plus vulnérables, comme les personnes âgées par exemple.

Quelle est la durée et l'intensité de cette protection? "Nous n'en savons encore rien, il faut être clair", répond l'infectiologue. "Nous pouvons en tout cas espérer que les gens porteurs d'anticorps fassent une maladie moins sévère que s'ils n'en étaient pas porteurs", ajoutait-il.

Les plus consultés