Anvers à la libération en 1945

Le recteur de l’Université d’Anvers plaide pour un jour férié officiel le 8 mai

Herman Van Goethem, recteur de l’Université d’Anvers et historien, voudrait que le 8 mai - qui a marqué la fin de la Seconde Guerre mondiale en 1945 en Europe, il y a donc exactement 75 ans ce vendredi - devienne un jour férié officiel. Cette date est trop peu commémorée, d’après lui, à l’encontre du 11 novembre qui a marqué la fin de la Première Guerre mondiale, en 1918. Ce vendredi, il y avait cependant quelques cérémonies de commémoration, notamment à Borsbeek, Lierre et Breendonk.

“Cela fait exactement 75 ans que le national-socialisme est tombé, que la démocratie et les droits de l’homme ont triomphé. C’est la base de notre état de droit. Et pourtant on ne le commémore pratiquement pas”, constate l’historien Herman Van Goethem (photo), perplexe.

"C’est lié à la question flamande, à la problématique de la répression après la guerre, à la difficulté de "digérer" la guerre. Mais nous sommes maintenant 75 ans plus tard. Nous devrions pouvoir commémorer la fin de la Seconde Guerre mondiale d’une bonne manière”, estime le recteur de l’Université d’Anvers.

Il souligne que même quand il n’y a pas de crise sanitaire, les célébrations de commémoration sont peu nombreuses le 8 mai. Ce vendredi, des couronnes de fleurs ont néanmoins été déposées en certains endroits et des cloches ont sonné en province anversoise. Ce fut notamment le cas à Borsbeek, Lierre et Breendonk.

A Borsbeek, une partie des célébrations ont dû être annulées en raison du confinement. "Nous allions normalement inaugurer un monument dans le fort de Borsbeek", indiquait le bourgmestre Dis Van Berckelaer. "Une plaque commémorative à la mémoire des aviateurs alliés qui sont tombés, et qui ont été enterrés provisoirement dans le fort".

Les plus consultés