Les Limbourgeois en visite aux Pays-Bas? Le ministre de l'Intérieur rappelle le gouverneur à l'ordre

D'après une information parue dans le quotidien régional Het Belang van Limburg, les habitants de la province du Limbourg auraient le droit, dès ce dimanche, de passer la frontière néerlandaise pour y visiter des amis ou de la famille. Cet assouplissement transfrontalier avait été décidé par le gouverneur de la province, Michel Carlier. Ce dernier a toutefois été rappelé à l'ordre par le ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem (CD&V), qui veut d'abord attendre l'avis des experts.

"Il est permis de traverser la frontière dans le cadre d’une garde d’enfant partagée, pour visiter son compagnon ou pour effectuer une livraisons. Je ne vois donc pas pourquoi cette mesure sociale ne s’appliquerait pas aux Néerlandais limbourgeois qui vivent chez nous", avait indiqué Michel Carlier.

La mesure d’assouplissement en question est celle des "4 personnes", autorisée dès ce dimanche par le fédéral. Chaque foyer pourra  alors accueillir jusqu’à 4 personnes, toujours les mêmes.

Le gouverneur rappelé à l'ordre

D'après le ministre de l'Intérieur, Pieter De Crem, le gouverneur du Limbourg a trop rapidement pris les devants en faisant une telle annonce. Il estime que les experts doivent encore donner leur avis concernant les déplacements à l'étranger avant qu'une décision politique ne puisse être prise.

Le cabinet du ministère de l'Intérieur rappelle par ailleurs que le passage vers la frontière néerlandaise ne se trouve dans aucune des décisions ministérielles concernant l'assouplissement des contacts sociaux. Les ministres en charges, Pieter De Crem et Philippe Goffin, sont toutefois en contact étroit avec leurs collègues à l'étranger.

"Répondre à la réalité sociologique"

Le bourgmestre de la commune de Lanaken, Marino Keulen (Open VLD) avait salué la mesure du gouverneur, qui répond selon lui à la "réalité sociologique" de la province. "Quelque 6.800 néerlandais vivent dans notre commune. Leurs amis ou famille vivent parfois à quelques centaines de mètres de chez eux. Ces personnes ont aussi besoin de contacts sociaux, et cette mesure est donc tout à fait humaine", a-t-il réagi.

La règle qui était proposée par Michel Carlier ne comptait que pour les déplacements depuis le Limbourg vers les Pays-Bas, et non le contraire.