BELGA

Après l’immobilisation des voitures, gare aux problèmes de batterie et de filtre à particules

L'organisation de mobilité VAB met en garde ce dimanche contre les problèmes de batterie et de filtre à particules que les véhicules, immobilisés sur une longue période à cause du coronavirus, rencontreront dans les prochaines semaines.

Selon une enquête menée en ligne par le VAB auprès de plus de 10.000 automobilistes, 7% de voitures n'ont pas bougé d'un pouce depuis le début du confinement et seule une sur quatre a effectué quelques trajets de manière sporadique.

Les petites distances ne permettent toutefois pas à la batterie de se recharger correctement. "Pour cela, un trajet d'au moins 30 km à vitesse constante - de préférence sur autoroute - est nécessaire", rappelle le VAB.

D'après l'enquête, seuls 8% des automobilistes ont continué à rouler plus de 30 km, alors que 66% ont pris leur véhicule pour moins de 5 km.

Problèmes de filtre aussi

Les filtres à particules peuvent également être une source de problèmes. "La régénération du filtre ne peut s'opérer que lorsqu'il y a une différence de pression entre l'avant et l'arrière de cette pièce, ce qui indique que le filtre est saturé", explique le VAB.

"De plus, le moteur doit être chaud et la température à l'intérieur du pot d'échappement monte à 500°C-600°C pendant la régénération. Il faut rouler au moins 10 kilomètres à 70 km/h pour atteindre cette température et pour que la suie accumulée dans le filtre brûle."

Si la régénération débute seulement à la fin du trajet et que ce dernier est suivi de plusieurs petits déplacements, cela peut engendrer des problèmes. Si ceux-ci, signalés par le voyant de référence, persistent, il faudra se rendre chez le garagiste "car il faut compter facilement 1.000 euros pour remplacer un filtre à particules", souligne l'organisation de mobilité.