Dans 20% des écoles, la réouverture sera plus modeste que prévu, par manque de locaux et d’enseignants

Si l’on en croit un sondage réalisé par l’inspection de l’enseignement néerlandophone auprès de quelque 200 établissements, plus d’une école primaire sur deux rouvrirait ses portes dès ce vendredi 15 mai, le reste le fera lundi 18 mai. Dans le secondaire, deux écoles flamandes sur trois rouvriront dès vendredi, précisait le ministre Ben Weyts. Il semblerait aussi qu’une école sur cinq débutera avec seulement une ou deux année(s), ce qui est moins que le nombre autorisé par le gouvernement flamand. En cause, un manque de locaux ou d’enseignants pour permettre de donner cours dans les conditions de sécurité sanitaire imposées aux écoles.

Fin avril, le Conseil national de Sécurité décidait que les écoles primaires pourraient rouvrir leurs portes dès vendredi 15 mai pour les premières, deuxièmes et sixièmes années. Dans le secondaire, pour les sixièmes années à partir de cette date-là ou du lundi 18 mai. Cette décision n’est pas une obligation. Il s’agit de lignes directrices.

Les directions peuvent donc rouvrir moins de classes, par exemple si elles ne disposent pas d’assez de locaux ou d’enseignants, ou si le danger de contamination au Covid-19 est trop élevé. Les écoles sont également toujours tenues d’organiser une garderie pour les enfants qui ne peuvent rester à la maison.

Une enquête auprès de 200 établissements néerlandophones révèle maintenant que 18% des écoles primaires vont effectivement relancer les cours à une échelle plus modeste que ce qui est autorisé. Concrètement, cela signifie que les écoles recommenceront vendredi ou lundi avec seulement une ou deux années.

Les raisons de ce redémarrage modeste sont diverses. Certaines écoles ont ainsi trop peu de locaux pour accueillir tous les élèves, étant donné qu’ils ne peuvent être installés qu’à 14 maximum dans une classe. "Beaucoup dépend de la situation individuelle des écoles", précise Lieven Boeve qui préside l’enseignement catholique. "Et quand il faut diviser les classes en 2 ou 3, les écoles n’ont souvent pas assez d’enseignants disponibles".

Beaucoup d’écoles éprouvent aussi des difficultés à assurer l’accueil des enfants. "Elles attendent beaucoup d’enfants en garderie et ne savent pas comment combiner cela à l’enseignement dans des classes. Et n’oubliez pas que les mesures de sécurité sanitaire doivent être respectées : porter un masque buccal, se laver souvent les mains, garder ses distances. C’est difficile à combiner".

L’école primaire De Ark, à Louvain (Brabant flamand), a opté pour un démarrage à petite échelle. "Nous voulons une reprise claire, par phases et en toute sécurité", explique la directrice Martine Foulon. "Mon cœur me dit : rouvrir pour tous les élèves ! Mais ce n’est malheureusement pas possible. Les enfants doivent aussi avoir suffisamment d’espace pour pouvoir bouger et jouer en toute sécurité. Il y a des écoles qui suivent les directives à la lettre, mais elles devront peut-être revenir en arrière par la suite".

oksun70

Des règles précisées pour l'accueil des maternelles

En Flandre, c'est donc dès ce vendredi que certains élèves vont reprendre le chemin de l'école. L'enseignement ne reprend pas pour les maternelles, mais les parents peuvent quand même faire appel à la garderie de l'école pour ce groupe d'élèves.

Les précautions à prendre dans ce cadre, et dans l'accueil extrascolaire, ont été précisées ce mardi par le ministre flamand de l’Enseignement Ben Weyts: un maximum de 20 enfants par local, une distanciation sociale souhaitée (1,5m) mais pas obligatoire pour les plus jeunes écoliers, et un masque buccal pour les accompagnateurs en cas de contact avec d'autres adultes. Pas de masque pour les petits.

Précédemment, les règles différentes pour l'enseignement et l'accueil extrascolaire avaient créé quelque confusion, que le ministre espère avoir dissipée. Les écoles peuvent, si elles le souhaitent, suivre des lignes directrices plus sévères.

No publication without written permission from the photographer Marlies Wessels

L’enseignement artistique à temps partiel peut reprendre le 25 mai

Les académies de musique et d’arts plastiques pourront redémarrer par phases dès le 25 mai. Cela commencera par les cours dispensés de façon individuelle, pour les élèves pour qui il est important de terminer leur année, et dans le respect de l’hygiène et la distanciation sociale.

Un scénario a été préparé pour ce type d’enseignement artistique à temps partiel. Pour l’enseignement des adultes, un redémarrage limité est également envisagé. Dès le 18 mai, des élèves qui ont besoin d’une aide particulière pourront recevoir des cours, mais seulement sur rendez- vous.