Radio 2

Les brasseurs craignent un recul de 10% de leur chiffre d'affaires en 2020

Le secteur brassicole estime à 400 millions d'euros les pertes qui seront accumulées par les brasseries en mars, avril et juin de cette année. Cela correspond à 10% du chiffre d'affaires annuel du secteur, indique la Fédération des Brasseurs belges. Ces calculs misent sur une réouverture de l'horeca le 8 juin. Une date qui n’a jusqu’ici pas encore été confirmée par le Conseil national de Sécurité, sur base des avis du groupe d’experts chargé d’établir la stratégie de sortie du confinement en Belgique (GEES).

Cafés et restaurants représentent en effet 42% de la consommation de bière en Belgique et leur fermeture depuis la mi-mars pèse lourdement sur l'activité des brasseries. La consommation de bière en Belgique a baissé de 50% en avril et le secteur n'a pas pu compter sur la grande distribution pour compenser la fermeture des cafés.

"Après un léger phénomène de constitution de stocks aux environs du 13 mars, on a assisté à une stabilité des ventes dans le commerce de détail en mars avant un recul de 5% en avril", commente Jean-Louis Van de Perre, président des Brasseurs belges. La pils, surtout appréciée dans les cafés, baisse assez fort alors que les bières sans alcool ou faiblement alcoolisées ont connu une hausse de 5% des ventes par rapport à la même période l'an dernier. Cette catégorie qui a décollé ces dernières années et dont la part de marché s'établissait à 6% en 2019, confirme donc sa place dans les habitudes de consommation des Belges, même confinés.

La fermeture des frontières n'a pas non plus facilité la tâche des brasseries belges, qui exportent normalement 70% de leur production. Parmi la grosse centaine de membres que compte la fédération, 35% ont dû interrompre partiellement ou totalement leur activité. La perte des volumes de bière de mars à juin est estimée à un million d'hectolitres, souligne Jean-Louis Van de Perre. "Ce sont des chiffres dramatiques, qui n'ont plus été vus depuis la Seconde Guerre mondiale."

Les responsables de la fédération espèrent une réouverture le 8 juin de l'horeca, "élément essentiel du tissu social et fortement lié au tourisme local". "Les cafés font partie de notre patrimoine et de notre ADN", poursuit le président des Brasseurs. "Nous soutenons une réouverture rapide, mais sous de strictes conditions. Nous ne voulons pas rouvrir pour refermer deux mois plus tard."

Outre des masques buccaux pour le personnel et le respect de la distance sociale, le secteur - en concertation avec les fédérations horeca et les fournisseurs - pense à un système de réservations, si possible, et à n'exploiter que les places assises d'un établissement, dans un premier temps. "Les terrasses faciliteraient l'application de telles mesures", observe Jean-Louis Van de Perre.

Le secteur, qui emploie 6.255 personnes en Belgique, demande par ailleurs un soutien au gouvernement au travers notamment de la prolongation du chômage temporaire au 30 septembre, de la baisse de la TVA de 21 à 6% sur toutes les boissons servies dans l'horeca et de la réduction des accises sur la bière.