Les jeunes grands-parents peuvent garder leurs petits-enfants, à certaines conditions

Les grands-parents qui ne font pas partie d'un groupe à risque (ils doivent avoir moins de 65 ans et être en bonne santé) peuvent à nouveau garder leurs petits-enfants, s'ils sont inclus dans la bulle sociale choisie. L'information, annoncée ce dimanche par le ministre flamand de la Santé Wouter Beke sur Twitter, apparaît dans la foire aux questions du site info-coronavirus.be. Si la mesure de distanciation physique d'un mètre et demi devient de plus en plus difficile à tenir, admet la virologue Erika Vlieghe, l'objectif n'est pas que les enfants restent dormir chez leurs grands-parents, nuance le centre de crise.

Pour pouvoir à nouveau veiller sur leurs petits-enfants, les grands-parents en question ne peuvent pas avoir plus de 65 ans et ils ne doivent pas présenter de soucis de santé. Ils doivent également faire partie de la bulle sociale élargie avec laquelle on peut désormais entrer en contact, c'est-à-dire les quatre personnes extérieures au foyer.

"Une bonne nouvelle pour de nombreuses familles et un soutien supplémentaire pour celles-ci", a tweeté le ministre flamand de la Santé, Wouter Beke (CD&V). Mais il y a d’autres conditions pour bénéficier de cet assouplissement du confinement.

Les grands-parents ne peuvent pas non plus être membre du personnel soignant, a précisé le docteur Erika Vlieghe, spécialiste des maladies infectieuses et experte engagée dans la stratégie de sortie du confinement. Le porte-parole du Centre de crise, Yves Stevens, a encore ajouté que les petits-enfants n'étaient pas censés passer la nuit chez leurs grands-parents.