Des chercheurs flamands vont tenter de faire le lien entre le Covid-19 et la pollution atmosphérique

La gravité de l'infection au Covid-19 est-elle augmentée par la pollution atmosphérique ? Certains le pensent, mais rien n’est encore prouvé scientifiquement. L'épidémie est si récente que de nombreuses recherches doivent encore suivre et cela risque de prendre du temps. "Un taux de mortalité plus élevé dans les zones où la pollution atmosphérique est plus importante semble plausible, mais il est encore difficile de déterminer si cela entraîne également davantage de contaminations", a déclaré Ben Nemery (KU Leuven), spécialiste des maladies respiratoires.

La Flandre, comme la Lombardie, par exemple, fait partie des mauvais élèves en Europe en matière de pollution atmosphérique. Notre région densément peuplée est très industrialisée et son réseau de circulation est très dense et nous sommes proches d'autres zones industrielles comme la région de la Ruhr en Allemagne.

Les questions et hypothèses sur le lien entre la pollution atmosphérique et la gravité de l’épidémie de coronavirus sont donc d'autant plus actuelles que les chiffres belges de mortalité de l’épidémie sont parmi les plus élevé du monde par nombre d’habitant (bien que la Belgique ait bien sûr inclus des cas non confirmés).

Anne Hidalgo, la maire de Paris, a récemment mis ce thème à l’avant plan : elle ne veut pas que le trafic automobile augmente trop, alors que de plus en plus de personnes évitent les transports en commun à cause du Covid-19. Si le trafic augmente trop, elle prendra des mesures, a-t-elle menacé. La maire de Paris a expliqué que "la pollution aux particules entraînait une accélération de la propagation du coronavirus". Une théorie pas encore confirmée. D'ailleurs, des chercheurs flamands vont se pencher sur le sujet.  

La pollution de l'air est-elle liée à l'augmentation du risque de décès par Covid-19 ?

Commençons par la question la plus importante : les patients atteints de Covid-19 qui vivent dans des régions où la pollution atmosphérique est plus importante ont-ils plus de chances de mourir des effets du virus ?

Le toxicologue et spécialiste des maladies respiratoires Ben Nemery de la KU Leuven résume ce que l’on sait actuellement: "Quiconque est contaminé par le Covid-19 et vit dans une région où la pollution de l'air est plus importante a un pronostic moins favorable. Un taux de mortalité plus élevé est plausible, mais n'a pas encore été démontré".

Le professeur Tim Nawrot de l'université de Hasselt s'exprime ainsi : "Un taux de mortalité plus élevé n'est certainement pas une hypothèse complètement folle. Nous savons que la pollution atmosphérique affecte le système immunitaire et les réactions inflammatoires dans les poumons. Cela peut avoir un effet négatif sur le pronostic d'un patient".

Philippe Jorens, toxicologue et responsable des soins intensifs à l'UZ Antwerpen, le confirme : "La pollution atmosphérique peut rendre les infections virales plus graves. Cela a déjà été démontré pour le virus de la grippe classique, entre autres choses, il nous semble donc très logique que la contamination puisse également avoir un impact sur le nouveau coronavirus. Une étude belge montre également que si vous êtes vivez dans un environnement pollué, vous devrez rester plus longtemps aux soins intensifs si vous êtes hospitalisé pour une maladie grave, et vous devez souvent aussi bénéficier plus longtemps d’une assistance respiratoire.

Les scientifiques flamands sont de plus en plus préoccupés par l'impact de la pollution de l'air sur les patients atteints du Covid-19. Mais pour être vraiment sûr que la pollution atmosphérique entraîne un taux de mortalité plus élevé, il faudrait pouvoir comparer les différents patients atteints du coronavirus, soulignent les scientifiques flamands. C'est exactement ce qu'ils ont l’intention de faire à présent.
 

Les plus consultés