BELGA

Le centre antipoison met en garde : "Prendre un bain d'eau de javel contre le coronavirus est une très mauvaise idée"

Depuis l'apparition de l’épidémie de coronavirus dans notre pays, le centre antipoison a reçu beaucoup plus d'appels que d'habitude. C'est ce qu'écrit Het Nieuwsblad. Par crainte de contamination au virus, de nombreuses personnes tentent de se désinfecter avec certains produits dangereux.

"Nous n'avons jamais vu une telle augmentation des appels dans l'histoire du Centre antipoison", déclare Dominique Vandijck, directeur adjoint du Centre (Antigifcentrum). "En général, nous constatons une augmentation du nombre d'appels pendant les périodes de vacances. Mais durant la période de confinement, il y a eu 15 à 20 % d’appels en plus, ce qui est énorme".

Le fait que les gens sont plus susceptibles d'entrer en contact avec des substances dangereuses parce qu'ils restent à la maison explique en partie cette situation. Mais ce n'est pas tout : "Les gens sont beaucoup plus obsédés par  l'hygiène. Ils nettoient plus souvent leur logement avec des produits plus forts voire un mélange de produits. Et ce n'est pas toujours une bonne idée, car il peut alors se produire un réaction chimique avec le dégagement de vapeur qui peut être très irritante".

Selon Domiique Vandijck, cela va encore plus loin en ce qui concerne l'hygiène corporelle : "Les gens nous appellent parce qu'ils se sont désinfectés les mains avec de l'eau de Javel. Certains prennent même une douche ou un bain avec de l'eau de javel. Certains se désinfectent les mains avec de l'alcool à brûler ou se lavent avec des huiles essentielles. Ce sont tous des produits très dangereux, qui peuvent provoquer de graves brûlures ou des empoisonnements".

Dans certains cas, le centre antipoison doit orienter les appelants vers un médecin ou un hôpital.

Quand Donald Trump suggère une injection d'eau de javel

Les propos du président américain Donald Trump suggérant de faire des injections d’eau de Javel pour faire barrière au Covid-19 auront peut-être influencé certaines personnes. "Nous l'avons remarqué tout de suite", ajoute Dominique Vandijck. "Non pas que les gens s'injectent de l'eau de Javel, mais ils ont commencé à en utiliser de plus en plus souvent. Cela montre les conséquences considérables que peuvent avoir certaines personnes lorsqu’elles font de telles déclarations".