"Dès le 2 juin, toutes les maternelles et primaires et davantage d’élèves de secondaires à l’école"

C’est ce que proposent le gouvernement flamand et les partenaires sociaux (réseaux d’enseignement et syndicats), dans un avis au Conseil national de Sécurité, à l’issue de la consultation pédagogique qui avait lieu ce vendredi, en présence de virologues, sous la conduite du ministre flamand de l’Enseignement, Ben Weyts. Le monde de l'enseignement néerlandophone souhaite ainsi offrir des perspectives aux élèves en leur permettant à tous de retourner au moins un jour à l’école. Il devra néanmoins attendre le feu vert du Conseil national de sécurité.

Les propositions faites par les acteurs de l’enseignement flamand - à la suite de leur concertation avec des virologues - incluent une réouverture complète de l'enseignement maternel et de l'enseignement primaire, et des deuxième et quatrième années de l'enseignement secondaire. Dès mardi 2 juin (le lundi 1er juin étant un jour férié). Les autres années secondaires retourneraient à l'école pendant au moins 1 jour par semaine, voire plus si possible.

La décision revient toutefois au Conseil national de Sécurité, où les entités fédérées sont représentées. D’après le ministre flamand de l’Enseignement Ben Weyts, cette seconde phase de réouverture des écoles néerlandophones serait définitive, jusqu’à la fin de l’année scolaire. Chaque établissement pourra cependant encore décider s’il est en mesure, ou non, de mener à bien une réouverture de cette ampleur.

D’après le groupe d’experts en charge du déconfinement (GEES), une reprise des cours pour tous les élèves de moins de 12 ans aurait peu d’impact sur l’épidémie de coronavirus. Les partenaires de l’enseignement néerlandophone estiment donc que les enfants de maternelle doivent pouvoir retourner à l’école à temps plein dès le 2 juin. L’accueil de jour pour ces plus jeunes serait supprimé. Le groupe classe y deviendrait la bulle de contact (ou "silo"), même si ce groupe dépasse les 20 enfants. Cette bulle ne change pas jusqu’à la fin de l’année scolaire. La distanciation sociale ne serait pas de mise avec les maternelles et leurs enseignantes ne devraient pas porter de masques.

Dans l’enseignement primaire, les 1e, 2e et 6e années sont déjà rentrés le 15 mai. Les partenaires sociaux souhaitent que les élèves des trois autres années puissent aussi retourner à l’école, au minimum à temps partiel jusqu’à la fin de l’année. Avec un maximum de 4 jours par semaine. Les écoles pourront en déterminer elles-mêmes les modalités (apprentissage alterné, demi-jours de cours ou jours entiers).

Ici, la distanciation sociale doit par contre bien être respectée, tout comme les normes de superficies déjà imposées à l’heure actuelle (4m² par élève, 8m² par enseignant). Les silos pourront être étendus à un maximum de 20 élèves (contre 14 actuellement).

Dans l’enseignement secondaire, les élèves de 6e ont déjà repris les cours le 18 mai. Dans la proposition des partenaires de l’enseignement, les élèves de 2e et 4e années pourront retourner à l’école dès le 2 juin. Ils iront à l’école maximum 2 jours entiers ou 4 demi-jours par semaine. Les élèves de 1e, 3e et 5e années de l’enseignement général seront, eux, invités à se rendre au moins un jour (mais davantage si possible) à l’école d’ici la fin de l’année scolaire.

La même mesure est proposée pour les élèves de l’enseignement professionnel à temps partiel. Dans l’enseignement spécial, la décision d’une reprise est laissée entièrement à l’appréciation de la direction de chaque établissement.

Les écoles seront également priées d’indiquer, au courant de la semaine du 1er juin, comment elles comptent évaluer leurs élèves. Les établissements se voient également promettre une aide financière pour les mesures d’hygiène qu’elles sont contraintes d’appliquer.

oksun70