Brussels Airlines reprend le 15 juin et desservira 59 destinations d'ici fin août

La compagnie aérienne belge, qui reprendra une partie de ses vols commerciaux à partir du 15 juin prochain, proposera un programme adapté et réduit pour cet été, annonce Brussels Airlines ce lundi. Entre le 15 juin et le 31 août, elle ajoutera ainsi progressivement des destinations à son réseau pour en atteindre 59 dans 33 pays en Europe, en Afrique et aux États-Unis d'ici la fin du mois d'août. Ce qui correspondra à environ 30% du programme d'été initialement prévu en Europe et 40% de celui pour les liaisons intercontinentales.

Ce programme adapté et réduit a été conçu en fonction de la demande du marché, tant pour les vacances que pour les voyages d'affaires, et des restrictions de voyage en cours. L'offre sera progressivement étoffée à partir du 15 juin, pour atteindre 240 vols hebdomadaires en août.

En Europe, un total de 45 destinations seront desservies dans 20 pays, dont l'Espagne, le Portugal, la Grèce, l'Italie, la France et le Danemark, détaille Brussels Airlines.

Pour le long-courrier, il y en aura 13 des 17 normalement assurées en Afrique (dont deux au Cameroun), sous réserve de l'approbation des autorités locales, et New York JFK, aux États-Unis. Montréal, au Canada, qui aurait dû rejoindre le programme en mars dernier, le fera dans le courant 2021.

Les systèmes de réservation sont actuellement mis à jour avec le nouveau réseau. Une opération qui sera terminée d'ici la fin de la semaine. Ce n'est qu'à ce moment-là que le nouvel horaire sera pris en compte dans tous les systèmes.

Brussels Airlines annoncera au début du mois de juin le calendrier de son déploiement au-delà de la période d'été. D'ici la fin de l'année, l'entreprise espère pouvoir offrir 50% du programme de vols prévu avant que la crise sanitaire ne débute. La compagnie rappelle enfin que le port du masque sera obligatoire à bord de ses avions.

Nicolas Maeterlinck

Ryanair veut se séparer de 30 membres du personnel de cabine en Belgique

La compagnie aérienne à bas coûts Ryanair souhaite se séparer de 30 membres du personnel de cabine en Belgique à la suite de la crise du coronavirus. C’est ce qu’annonçait ce lundi le syndicat chrétien CNE. Ces départs s'inscrivent dans la volonté de la compagnie irlandaise, annoncée au début du mois, de se séparer de 3.000 personnes.

Selon Didier Lebbe, secrétaire permanent CNE, il semble toutefois que 40 personnes seraient volontaires pour quitter l'entreprise. L'impact devrait donc être limité. Il se pourrait que davantage de personnes soient amenées à quitter l'entreprise en fonction du niveau de reprise de l'activité dans les semaines et mois à venir. Le personnel basé en Belgique peut toutefois tirer profit de la possibilité d'être mis au chômage économique temporaire, ce qui réduit largement les coûts que doit supporter Ryanair, relève le syndicaliste. .

En raison des retards de livraison des Boeing 737 MAX, Ryanair avait par ailleurs décidé début janvier de retirer un avion à Zaventem à partir du mois d'avril. Un retrait qui devait avoir des répercussions sur 28 travailleurs.

Les plus consultés