Les règles de distanciation sanitaire à l’école vont-elles être assouplies ?

Les ministres de l'Enseignement des trois Communautés examinent avec les experts fédéraux en charge du déconfinement (GEES) la possibilité d'assouplir les règles de distanciation sanitaire à l'école. C’est ce qu’a indiqué lundi à la VRT le ministre flamand Ben Weyts (N-VA).

Actuellement, les salles de classe doivent prévoir au moins 4 m2 par élève en primaire, ce qui s'avère difficile à respecter dans certaines écoles. De nombreuses écoles ont déjà indiqué qu’en appliquant ces règles la situation sera très compliquée surtout si tous les élèves doivent retourner en classe le 2 juin.

Selon le virologue Marc Van Ranst, ce ne serait pas un gros problème de rapprocher un peu plus les enfants en classes de primaire, si le maintien de la distance n'est pas possible. Selon le virologue, il n'y a même aucun problème dans la cour de récréation, a-t-il déclaré lundi soir sur Een (VRT).
 

Les directeurs tirent la sonnette d’alarme

Tim Stiers est directeur d'une école primaire à Landen, dans la province du Brabant flamand. "Faire revenir tous les enfants à l'école est une chose positive et importante. Mais il est dommage que cette mesure ait été communiquée sans tenir compte de la réalité avec les enseignants sur le terrain. Nous craignons de devoir décevoir de nombreux parents qui après des semaines d'efforts à la maison, pour y garder leurs enfants, espéraient qu’ils puissent retourner à l’école".

"Si la réouverture d'un plus grand nombre de classes, dans le respect de toutes les règles de distanciation et d'hygiène peut être réalisée. La moitié du temps d'enseignement normal sera consacré à cela", ajoute Tim Stiers. 

Selon le directeur, les écoles sont très dépendantes des conditions dans lesquelles elles travaillent. "Nous n'avons que l'espace dont nous disposons, et nous devons diviser tous les groupes de classe en 2 ou 3. En effet, à l'école primaire, il faut prévoir 4 mètres carrés par enfant. Toutes les salles de classe doivent également être nettoyées régulièrement. Nous n'avons pas encore de feuille de route pour appliquer ces nouvelles règles d'hygiène. Nous devrons peut-être recruter des personnes supplémentaires".