JALAL MORCHIDI

Nouveaux vols de rapatriement début juin pour les Belges encore bloqués au Maroc

Les autorités belges vont organiser de nouveaux vols de rapatriement, début juin, pour les Belges bloqués au Maroc, ont indiqué mercredi l'Ambassade de Belgique au Maroc et le SPF Affaires étrangères. Ces vols seront organisés depuis Casablanca.

Le Maroc a fermé son espace aérien jusqu'au 10 juin au moins mais a autorisé des vols de rapatriement pour des Belges notamment. Depuis le début de la crise, les autorités belge ont déjà réussi à organiser sept vols au départ du Maroc, depuis le début du mois de mai, et à rapatrier 3.050 personnes. Des ressortissants belges sont toutefois toujours bloqués au Maroc.

"Les Belges confinés depuis deux mois au Maroc rencontrent différents problèmes. Certains se retrouvent dans une situation financière précaire car ils ne peuvent pas reprendre leur activité professionnelle en Belgique, d'autres font face à des problèmes de santé et des parents restent séparés de leurs enfants", rappelle le SPF Affaires étrangères.

Ce dernier a commencé à contacter les personnes qui s'étaient déjà inscrites auprès de l'ambassade.

"Si vous avez déjà demandé un rapatriement à l'Ambassade de Belgique et que le SPF Affaires étrangères vous a contacté par téléphone, vous ne devez plus rien faire. Vos coordonnées seront transmises à la compagnie aérienne TUI Fly qui vous contactera ensuite", précise le SPF. "Si vous n'avez pas encore reçu d'appel du SPF Affaires étrangères ou si n'avez pas encore signalé votre présence au Maroc et que vous souhaitez rentrer, vous devez remplir dans les plus brefs délais le nouveau formulaire de rapatriement sur le site de l'ambassade. TUI Fly prendra ensuite contact avec vous".

L'ambassade belge à Rabat a été contactée par environ 4.500 personnes, dont 3.400 Belges qui souhaitaient rentrer en Belgique. Pour entrer en considération de ce rapatriement à caractère humanitaire, il faut cependant être résidant en Belgique et pouvoir démontrer ce caractère humanitaire, soit médical, soit social, avait précédemment indiqué le ministre belge des Affaires étrangères Philippe Goffin (MR).
 

Les plus consultés